enquêteLyon : nouvelle agression homophobe à la sortie d'un club

Par tetu le 07/10/2019
lyon

Trois personnes ont été victime d'une agression homophobe à Lyon dimanche 6 octobre à la sortie d'une discothèque. Une enquête a été ouverte.

C'est la deuxième agression homophobe à Lyon en quelques jours. Selon France 3 Auvergne Rhône-Alpes, trois hommes ont été pris à partie dimanche 6 octobre, au petit matin, en sortant d'une discothèque de la ville.

Trois personnes les auraient alors suivi dans la rue avant de commencer à les insulter avec véhémence. "Sales gays, on va vous niquer", auraient-il lancé aux trois hommes, dont deux se tenaient la main, avant que les coups de poings et de pieds arrivent. Une des victimes se serait alors "retrouvée à terre".

Enquête ouverte

Selon France 3, le parquet de Lyon a ouvert une enquête après cette agression "gratuite" pour "violences en réunions" et "violences en raison de l'orientation sexuelle" et la Sûreté départementale de Lyon a été chargée de l'enquête.

Le préfet de région a également "fermement condamné" cette agression sur les réseaux sociaux en adressant "toute sa sympathie aux victimes". Les agresseurs présumés seraient encore en fuite et activement recherches. Les victimes, elles, ne seraient pas dans un état grave et sont toutes rentrées chez elles.

Une autre agression homophobe

Dans la nuit du 27 au 28 septembre, quai de la Pêcherie, dans le 2è arrondissement de Lyon, un couple avait déjà été victime d’une agression homophobe particulièrement violente.

Les victimes, qui prévoyaient de se rendre en boîte de nuit, avaient reçu des coups de poings et de pieds et avaient même été frappé à la tête avec une bouteille pendant plusieurs minutes. Elles ont eu entre 5 et 3 jours d’ITT.

A LIRE AUSSI : Un couple d’hommes victimes d’une violente agression homophobe à Lyon

En France, en 2018, le nombre d’agressions à caractère LGBTphobe recensées par SOS Homophobie a augmenté de 66% et plus de deux tiers de ces violences se sont déroulées dans des lieux publics.

Crédit photo : wikimedia commons.