facebook

Au Parlement européen, Bellamy refuse de condamner les « zones sans LGBT » polonaises

Mercredi, le Parlement européen a adopté une résolution visant à condamner les "zones sans LGBT", instaurées dans plus de 80 localités polonaises depuis le début de l'année. Le chef de file de la droite, François-Xavier Bellamy, s'est abstenu... comme une partie de l'extrême-droite.

Mis à jour le 19 décembre 2019 à 17:16, avec la justification de François-Xavier Bellamy, en fin d’article.

Une abstention qui sonne comme un silence coupable. Mercredi 18 décembre, au Parlement européen, le député Les Républicains François-Xavier Bellamy, chef de file de la droite aux élections européennes de mai dernier, s'est abstenu lors d'un vote condamnant les "zones sans LGBT" ("LGBT-free zones" en anglais) qui surgissent depuis quelques mois en Pologne. C'est ce qu'indique, à la page 12, le compte-rendu de la session. Le reste du groupe LR s'est prononcé en faveur de la résolution. 8 députés Rassemblement national ont tout simplement voté contre (dont la tête de liste Jordan Bardella et le transfuge ex-LR Thierry Mariani), et 10 se sont abstenus.

80 localités polonaises "sans LGBT"

À Strasbourg, le texte a été approuvé par une large majorité d'eurodéputés : 463 voix pour, 107 contre et 105 abstentions, dont celle de François-Xavier Bellamy. Le texte vise des localités bien précises en Pologne. Comme le rappelle le communiqué de l'Intergroupe LGBTI, rassemblement transpartisan de députés engagés pour le droits LGBT+, depuis le début de l'année, plus de 80 régions comtés et municipalités ont adopté des résolutions se déclarant libres de toute "idéologie LGBT" ou bien des "chartes régionales de droits de la famille", discriminatoires envers les parents seuls et les familles homoparentales. Des services privés peuvent par exemple être refusés à des personnes LGBT+ pour des motifs religieux. Des commerces ont ainsi affiché sur leur façade des autocollants représentant un drapeau arc-en-ciel barré d'une croix noire et indiquant "Strefa wolna od LGBT" ("zone sans LGBT").

À LIRE AUSSI : Qui est François-Xavier Bellamy, le candidat réac’ des Républicains pour les européennes ?

Les mesures visées n'ont certes pas de valeur juridique contraignante. Cependant, rappelle la résolution du Parlement européen, elles incitent les élus locaux "à s'abstenir de toute action visant à encourager la tolérance à l'égard des personnes LGBTI et à ne pas fournir d'aide financière aux ONG qui œuvrent en faveur de l'égalité des droits". Les eurodéputés à l'initiative du texte, membres des groupes social-démocrate, conservateur, libéral, écologiste et de gauche radicale, demandent notamment à la Commission européenne de contrôler avec plus de rigueur la destination des fonds émanant de l'Union, pour s'assurer qu'ils ne servent pas à financer de tels dispositifs.

Un gouvernement lié à l'Église

L'instauration de ces "zones sans LGBT" intervient dans un contexte de montée de la haine anti-LGBT+ en Pologne, depuis le retour au pouvoir, en 2015, du parti ultraconservateur Droit et justice (PiS), très lié à l'Église catholique. "Ce sont des communes pauvres et parmi les plus conservatrices, explique Marc Peirs, correspondant en Pologne de la chaîne belge flamande VRT. En juillet, il y a eu une grande Gay Pride, qui a été attaquée par un groupe de hooligans. Des dizaines de personnes ont été blessées sous les yeux de la police. C’est comme ça que le gouvernement donne le champ libre à l’extrême droite."

À LIRE AUSSI : La Pologne fait face à une vague d’homophobie inquiétante

Mi-novembre déjà, le Parlement européen adoptait à une large majorité une résolution demandant au gouvernement polonais de retirer une loi "criminalisant l'éducation sexuelle". En effet, un projet de loi déposé au Parlement, officiellement sur la pédophilie, vise à sanctionner d'une peine pouvant aller jusqu'à trois ans d'emprisonnement les enseignants dispensant des cours d'éducation sexuelle. Le texte a été initié par une puissante association anti-avortement, la Fundacja Pro - prawo do życia, persuadée que ces cours d'éducation sexuelle apprenaient la masturbation aux enfants et encourageait la pratique de l'homosexualité...

Crainte du mariage pour tous

Interrogé par nos confrères de Libération, François-Xavier Bellamy explique son abstention par l'ajout au texte initial d'un amendement demandant à ce que "le mariage pour tous soit adopté dans tous les pays européens". Effectivement, dans sa sixième recommandation, la version finale de la résolution "invite les États membres à mettre en place des lois reconnaissant de manière égale le mariage et les partenariats entre personnes de même sexe, afin de garantir le plein respect du droit à la vie privée et familiale sans discrimination".

"À titre personnel, je me suis opposé à cette réforme en France, qui conduisait nécessairement à l’extension de la PMA par exemple, contre laquelle je me suis encore récemment exprimé, ajoute l'eurodéputé auprès de LibérationPar ailleurs, j’ai toujours dit que l’Europe ne devait pas se substituer à la vie démocratique des pays de l’UE pour imposer des réformes sociétales. Il m’était donc impossible de soutenir le texte ainsi modifié, et c’est la raison pour laquelle je me suis abstenu sur le vote final."

Il précise également avoir, lors du débat sur cette résolution, voté en faveur des paragraphes condamnant les "zones sans LGBT". "Il n’y a jamais eu la moindre ambiguïté de ma part concernant la lutte absolument nécessaire contre l’homophobie", affirme-t-il au quotidien.

 

Crédit photo : François-Régis Salefran / Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail