En Chine, Alibaba remercié par la communauté LGBT après une pub inclusive

L’entreprise chinoise Alibaba a diffusé une publicité pour des apéritifs mettant en scène un jeune couple homosexuel. Et c’est un évènement.

Pour le Nouvel An chinois, Alibaba a choisi de rendre hommage à la population chinoise homosexuelle. Dans une pub d’une vingtaine de secondes, la plateforme chinoise de commerce électronique montre un jeune homme rentrer chez sa famille pour célébrer la nouvelle année lunaire, et leur présenter son petit ami, « Kelvin » – non sans susciter l’étonnement de certains proches.

À LIRE AUSSI : En Chine, faute de mariage pour tous, des LGBT « adoptent » leur partenaire

Une publicité pour des graines et des noix séchées, qui a largement circulé sur les réseaux sociaux chinois… pas vraiment pour se réjouir du goût de ces apéritifs. Comme l’indique l’agence de presse britannique Reuters, mercredi 8 janvier, « des groupes gays l’ont louée pour son humour de bon goût et sa subtilité« . « Le Nouvel An chinois est le moment de la réunion familiale et de l’inclusion, et cette pub est une expression créative pour célébrer une telle occasion« , a développé l’entreprise dans un communiqué.

L’agence de presse rappelle qu’en Chine, la représentation des couples homosexuels est rare, à cause de la « dissuasion du gouvernement » ou de « censure franche« . Malgré cela, le pays compte de nombreux activistes LGBT+ et les couples de même sexe sont de plus en plus tolérés par la société. « Le soutien des grandes entreprises aux minorités sexuelles est l’un des facteurs importants pour qu’elles gagnent en visibilité et soient vues et reconnues par le public« , a tweeté Lovematters, un compte Twitter populaire parmi la communauté homosexuelle chinoise.

À LIRE AUSSI : Grindr devient à 60% chinoise

Alibaba n’en est pas à son premier geste en faveurs de l’égalité. En 2015, l’entreprise avait participé à la campagne « We do! » visant à marier sept couples chinois – six couples de femmes et un couple d’hommes – à Los Angeles. À l’époque, la journaliste Marina Torre s’interrogeait sur le site de La Tribune sur la vision entretenue par certaines entreprises, notamment américaines d’un « pink yuan« , c’est-à-dire de Chinois homosexuels plus riches que le reste de la population dans la classe moyenne. Rappelons qu’en 2016, Grindr est passé à 60 % sous pavillon chinois.

 

Crédit photo : DR


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail