HoshiL'album "Sommeil levant" de Hoshi en 5 chansons queers et générationnelles

Par Florian Ques le 05/06/2020
Hoshi

Avec ce deuxième opus soigné et éclectique, la chanteuse versaillaise ouvertement lesbienne brasse des thématiques diverses avec une acuité et un grand sens de la poésie.

Des mois après sa prestation aux dernières Victoires de la musique, où elle avait surpris les foules avec un baiser lesbien remarqué - qui lui a valu une violente vague de cyberharcèlement lesbophobe - Hoshi vient de dévoiler son deuxième album, Sommeil levant. Plus de deux ans après son premier opus, la chanteuse de 23 ans revient à la charge avec disque aux thèmes pluriels et se place, à certains égards, comme la voix d'une génération, voire d'une communauté. À l'occasion de sa sortie dans les bacs, TÊTU a sélectionné les cinq titres de ce nouvel opus qui nous ont particulièrement marqués.

A LIRE AUSSI : Hoshi : "Les propos homophobes me révoltent" 

"Migracoeur", la plus queer

Véritable adepte de jeux de mots percutants, Hoshi le prouve une énième fois avec "Migracoeur", mot-valise bien pensé par lequel elle explore ses histoires éphémères. "Je suis touriste dans chaque corps""j'évite les contrôleurs de l'amour"... Grâce à une métaphore filée qui s'étale au gré des paroles, sublimée par un tempo aérien, elle fait un parallèle entre son attitude volage avec les filles et la figure du voyageur. Entremêlant crainte de l'engagement et cumul d'idylles écourtées, ce morceau empreint de sincérité risque de faire écho chez le public queer de la chanteuse.

"SQY", la plus nostalgique

Déjà révélé en mars dernier, "SQY" est un titre où Hoshi regarde dans le rétroviseur avec un sentiment de nostalgie profond, ressassant son adolescence passée à Saint-Quentin en Yvelines. Sur fond de mélodie langoureuse, elle évoque son quotidien d'un temps, celui passé en région périurbaine où l'ennui régnait et où les questionnements sur l'avenir étaient monnaie courante. Conçue avec l'aide de Tristan Salvati – compositeur talentueux que les jeunes stars, telles qu'Angèle, Clara Luciani ou Aloïse Sauvage, s'arrachent –, l'instrumentale électro-pop et le phrasé hip hop de cette chanson en fait d'emblée l'une des plus contemporaines de ce deuxième album.

"Fais-moi signe", la plus intimiste

Bien que ce nouveau disque soit, dans son écriture, assez frontal, "Fais-moi signe" semble être l'une des chansons où Hoshi joue la carte de la vulnérabilité, et presque de la pudeur. Peut-être parce que pour la première fois, la jeune artiste s'adresse directement à nous, ses auditeurs - comme avait pu le faire Barbara. "Face à vous je tremble, accrochée au micro", atteste-t-elle avec sa voix subtilement éraillée. De par son instrumentale douce, cette ballade au piano sonne surtout comme une confidence avec son public, où Hoshi met en lumière la dimension vertigineuse de sa passion. Une mise à nu puissante pour la chanteuse.

"Enfants du danger", la plus écolo

Sans nul doute, "Enfants du danger" est le morceau de Sommeil levant où son interprète se place comme porte-parole d'une génération. Une génération presque sacrifiée, ayant hérité d'une Terre corrodée par les dérèglements climatiques et la folie des grandeurs de l'Homme. Hoshi fait référence à des "coups de soleil en décembre" et au besoin de masque "pour pouvoir respirer" . La mélodie entraînante très pop de ce titre contraste allègrement avec son propos général, la chanteuse laissant transparaître son inquiétude quant au futur de notre planète via un champ lexical plus cru qu'à l'accoutumé et un sentiment de résignation qui fait cogiter.

"Amour censure", la plus évidente

Il était tout bonnement impossible de ne pas mentionner le titre le plus engagé de ce second opus. Dévoilée fin 2019, cette chanson pointe du doigt l'homophobie systémique encore bien trop présent au sein de notre Hexagone. Avec son rythme entêtant, "Amour censure" est l'équivalent d'un cessez-le-feu, encourageant les esprits les plus étriqués à mettre un terme à leur mépris pernicieux. Plus encore, cet hymne LGBT+ en puissance s'impose comme un appel à la tolérance et au respect des différences, attestant d'ailleurs que notre communauté a encore et toujours besoin de nouvelles figures concernées pour réclamer l'espace qu'on mérite.

A LIRE AUSSI : Hoshi répond à la Manif Pour Tous dans un titre puissant 

Crédit photo : Jo&Co