homophobieCarrefour retire ses publicités d'une chaîne de télévision polonaise anti-LGBT+

Par Antoine Patinet le 30/11/2020
Carrefour

Interpellé par des militants, le géant français de la grande distribution a retiré une campagne de publicité de la chaîne polonaise Telewizja Polska, qui diffusait des contenus anti-LGBT+.

La chaîne de grande distribution française Carrefour a annoncé qu'elle mettait un terme à sa dernière campagne publicitaire en cours sur la chaîne de télévision publique Telewizja Polska (TVP). Le groupe a dénoncé des contenus éditoriaux qui "ne correspondent pas aux valeurs de l'entreprise", après avoir été interpellée par le très influent compte Twitter @ParisPasRose. Ce dernier a en effet interpellé le pionnier des hypermarchés pour dénoncer des "achats publicitaires" qui "financent la haine anti-LGBT la plus dégueulasse".

Réaction rapide

Le compte militant a accompagné son post de diverses captures d'écran du site internet de la chaîne publique polonaise, qui regroupait les articles concernant les politiques anti-LGBT+ sous le hashtag #Peste-Arc-En-Ciel . C'est sur ce site internet que le distributeur alimentaire avait acheté des encarts de publicité. Ils apparaissaient donc aux côtés de nombreux articles donnant la parole à des personnalités homophobes ou rapportant des propos anti-LGBT du polémiste français Eric Zemmour.

Mais Carrefour a rapidement réagi. Dans la foulée du tweet de @ParisPasRose, le géant de la distribution a annoncé retirer cette campagne du site en question. "Ces contenus ne reflètent pas nos valeurs. Suite à votre signalement, nous avons arrêté la campagne en cours", a répondu Carrefour sur le réseau social. Une décision qui semble toutefois ne concerner que la campagne en cours et n'exclut pas toute campagne future de sa filiale polonaise sur les médias de la chaîne publique. Ils affirment toutefois qu'ils vont "redoubler de vigilance" sur ces sujets.

Campagnes automatisées

Selon Euronews, le responsable de TVP, Samuel Pereira, a émis des critiques contre la décision de Carrefour, affirmant que Telewizja Polska est un "portail d'information" qui "n'a jamais eu de colonne 'arc-en-ciel'". Le vice-directeur de la rédaction TVP, lui, ne voit pas le problème : "de telles colonnes peuvent être trouvées dans tous les médias", s'est-il défendu. Toutefois, ces réactions n'ont pas fait changer d'avis l'enseigne, qui a maintenu la suspension de son financement.

"La publicité indiquée dans le message a été mal affichée dans le cadre de l'achat automatisé de campagnes publicitaires sur les plateformes de VOD", a déclaré Carrefour Polska sur Twitter"Nous avons immédiatement réagi en le refusant et en mettant en place des exclusions plus fortes pour ce type de campagnes publicitaires automatisées. Notre réseau n'a pas l'intention de modifier sa politique publicitaire à ce jour." Selon cette politique, les campagnes publicitaires de la marque ne doivent pas être associées au racisme, à la violence, au sexe ou aux discriminations.

"Les positions de Carrefour Polska et du groupe Carrefour en France sont convergentes, a ajouté dans un communiqué la société. Nous avons pris la décision de ne pas publier nos publicités sur des contenus qui ne reflètent pas les valeurs de tolérance, de respect d'autrui ou de respect de la diversité". L'enseigne de grande distribution compte près de 900 magasins en Pologne.

Contexte tendu

Le pays, devenu tristement célèbre pour le laisser-faire des "zones sans LGBT+", où les commerçants peuvent par exemple décider de refuser l'entrée à une personne LGBT+, s'enfonce depuis quelques années dans une LGBTphobie d'État. Si la Commission Européenne semble (enfin) avoir pris la mesure de la gravité de la situation et que certains députés européens se battent pour entériner la conditionnalité des aides européennes au respect des droits des personnes LGBT+, les entreprises françaises installées dans le pays sont restées étonnamment silencieuses.

À LIRE AUSSI : Ce que contient le plan de l'Union Européenne pour l'égalité des personnes LGBT+ 

Cette réponse de Carrefour intervient dans un contexte tendu pour le groupe de grande distribution. Jeudi 19 novembre, un homme noir a été passé à tabac par deux vigiles blancs d'un supermarché de Porto Allegre, au Brésil. Plusieurs magasins du groupe français sont depuis sous le feu des critiques. Des manifestations ont été organisées pour dénoncer le racisme au Brésil et les manifestants accusent Carrefour de complicité.

Crédit : Shutterstock