VIDÉO – Cette député européenne fait un discours soufflant pour alerter sur l’homophobie d’État en Pologne

"Nous ne sommes pas une idéologie. Nous sommes des êtres humains. Nous sommes de chairs et d'os". Dans un discours poignant, la député européenne Terry Reintke interpelle la Commission et le président polonais Andrzej Duda.

Les députés européens ont enfin pu débattre de la question des personnes LGBT+ en Pologne, persécutées par une homophobie d'État. Dans l'hémicycle, Terry Reintke, parlementaire écologiste ouvertement lesbienne, a donné un discours poignant. Elle également est co-présidente l'intergroupe LGBTI, un groupe de députés de différents partis qui défendent les personnes LGBT+ en Europe. Elle a "exhorté" les institutions européennes d'agir et interpellé le président polonais.

"Je peux vous dire que chaque semaine, nous recevons de plus en plus de messages d'inquiétude et parfois de désespoir de la communauté LGBTI en Pologne. Chaque semaine, il y a de nouvelles attaques, de nouveaux mensonges, une nouvelle propagande anti-LGBT+", plaide-t-elle dans l'hémicycle. Devant la vice-présidente chargée des valeurs et de la transparence, Vera Jourova, elle dit son impuissance à rassurer les personnes qui la sollicitent.

"Je vous exhorte de faire quelque chose"

"Je ne sais pas quoi leur dire", s'égosille-t-elle. "Ils posent tous la même question : 'quand l'Union Européenne va-t-elle réagir ?' Le silence de la Commission européenne cet été est une insulte aux personnes dont les droits sont attaqués en ce moment même", dénonce-t-elle. "Je vous exhorte de faire quelque chose. Démarrez une procédure d'infraction contre les zones 'sans LGBT' en Pologne".

À LIRE AUSSI - En Pologne, la communauté LGBT entre résistance et résignation

Avant de conclure son discours, la député interpelle le président Duda et les parlementaires de son bord. "Regardez-moi, regardez Marc, regardez Malin, regardez Maria. Nous ne sommes pas une idéologie. Nous sommes des êtres humains. Nous sommes de chairs et d'os. Nous voulons exactement les mêmes droits que les autres êtres humains. Et nous savons que tout au fond de vous, vous le savez aussi. Alors arrêtez d'utiliser la communauté LGBT+ pour servir vos intérêts politiques dégoûtants". Pendant la campagne pour sa réélection, Andrzej Duda a comparé les personnes LGBT+ à une "idéologie"comparable à du "néo-bolchevisme".

Un discours de la présidente de la commission attendu

Fin août, un groupe d'une soixantaine de députés ont interpellé la présidente de la Commission pour qu'elle condamne fermement les atteinte aux droits des personnes LGBT+. Ursula Von der Leyen doit justement donner un discours ce mercredi 16 septembre "d'état de l'Union". Elle sera particulièrement attendue sur le sujet des personnes LGBT+.

À LIRE AUSSI - Qui est Rémy Bonny, le militant qui fait avancer les droits des personnes LGBT+ en Europe

Dans une interview accordée à TÊTU, le député européen polonais Robert Biedrón, qui est ouvertement gay, compare la situation des LGBT+ dans son pays avec celle des juifs pendant la seconde guerre mondiale. "Cela m'évoque malheureusement les temps de guerre, nous savons ce qu'ont donné les "zones sans juif". Je n'aurais jamais pensé vivre cela dans un pays qui a tant souffert de la seconde guerre mondiale, du communisme et du fascisme."

 

Crédit photo : Capture d'écran Twitter / Terry Reintke


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail