facebook

À Montpellier, les étudiants transgenres pourront changer facilement de prénom au Crous

Un syndicat étudiant annonce qu'un Crous de Montpellier permet aux étudiants transgenre de changer le nom de leur dossier administratif facilement. Il leur suffira d'une déclaration et de leur carte d'étudiant·e.

À Montpellier, le suicide de Doona, une étudiante transgenre, en septembre avait pointé les lacunes dans l'accompagnement du Crous. Depuis, un groupe de travail a été mis en place pour lutter contre les discriminations que vivent les personnes LGBT+. Cette semaine, le Crous annonce que les étudiant·e·s pourront désormais changer leur prénom sur les documents administratifs sans aucun justificatif.

À LIRE AUSSI - Montpellier : quatre jeunes homophobes agressent un couple d’hommes et saccagent son domicile

Les quittances de loyers ou les notifications de bourse comporteront désormais le prénom d'usage avec les pronoms demandés, indique 20 Minutes. Les étudiants n'auront pas besoin de justifier leur demande de transition, ils n'auront pas besoin d'autorisation parentale et n'auront qu'à présenter leur carte d'étudiant. Les lettres de contentieux, elles, ne pourront pas être modifiées tant que l'état civil n'a pas été changé, indique toutefois le Crous au quotidien gratuit.

Une procédure simple

Pour changer de prénom et de pronom auprès du Crous, "la procédure est simple", indique le syndicat Solidaires étudiants dans un communiqué. Il suffit de prendre rendez-vous avec la référente égalité qui enregistre la demande. "La procédure est lancée et un mail sera envoyé par le Crous afin de confirmer que la procédure a bien été effectuée", note Solidaires.

À LIRE AUSSI - Montpellier peut-elle redevenir la ville la plus friendly de France ?

Mais "cette victoire n'est pas suffisante, regrettent les militants étudiants, nous revendiquons que cette procédure soit mise en place dans l'ensemble des Crous". D'autant que si cette procédure est possible à l'université Paul Valéry, elle n'est toujours pas mise en place à l'université de Montpellier.

Les états civils en lente progression

Quand on est une personne LGBT+, l'état civil est fréquemment un sujet. L'association des familles homoparentale (ADFH), soulignait fin janvier que dans de nombreuses villes, les déclarations de naissance excluent toujours ce type de familles. Michaël Delafosse, le maire de Montpellier a annoncé à TÊTU que les actes de naissances seront modifiés "pour être plus en accord avec la diversité des familles de notre ville".

À LIRE AUSSI : Ce papa gay regrette d’être une « mère » pour les formulaires de rentrée

 

Crédit photo : Matthew Feeney / Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail