Montpellier peut-elle redevenir la ville la plus friendly de France ?

Montpellier s'est choisi un nouveau maire : Michaël Delafosse, un ancien de l'équipe Mandroux qui a célébré le premier mariage homo. Un allié pour redonner ses lettres de noblesses LGBT+ friendly à la ville ?

Nos lecteurs l'avaient élue ville la plus friendly de France. En 2012, les chiffres parlaient d'eux-mêmes : 92% des votants jugeaient Montpellier plutôt ou très friendly, 90% étaient satisfaits des associations, 86% recommandent la ville, 77% n'y ont jamais vécu d'actes homophobes et 66% jugeaient l'attitude des commerçants friendly... Montpellier était alors un paradis pour la communauté LGBT+. Depuis, il semblerait que la "petite San Francisco" ait perdu de son prestige. "Alors qu'il y a une dizaine d'années, il y avait pléthore de lieux communautaires, c'est maintenant plus compliqué de trouver une soirée mousse", regrette un ancien montpelliérain qui revient régulièrement voir sa famille sur place.

À l'origine de cette réputation, une maire : Hélène Mandroux, qui a notamment célébré le premier mariage homo de France après avoir battu le pavé pour faire adopter la loi sur l'ouverture de l'union des couples de même sexe. En 2014, elle a été remplacée par Philippe Saurel (sans étiquette) qui n'a pas été réélu dimanche dernier. Ses détracteurs pointent que pendant son mandat, la vie LGBT+ a décliné à Montpellier. Et le 28 juin 2020, Michaël Delafosse, un écologiste qui fut membre de l'équipe Mandroux, a pris sa succession. Le retour de Montpellier comme capitale des LGBT+ ?...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail