facebook

L’équipe du Refuge au Mans démissionne en soutien à Nicolas Noguier

Huit bénévoles du Refuge au Mans démissionnent. Ils dénoncent les "méthodes de management" de la nouvelle direction qui a remplacé Nicolas Noguier.

Le Refuge doit se reconstruire après le départ de son président et de son directeur général, après les "graves dysfonctionnements" dénoncés dans un article de Médiapart. Mais la direction à prendre pour cette renaissance divise au sein de la fondation, qui vient en aide aux jeunes LGBTQI+ chassés de chez eux. À tel point que la délégation du Mans a démissionné collectivement ce mercredi 28 avril.

"Un management digne d'une World compagnie"

Une démission présentée "avec une profonde tristesse", assure l'équipe de huit bénévoles restés fidèles à Nicolas Noguier. Ils dénoncent, dans Ouest-France, les "méthodes de management" de la nouvelle direction. Après le départ du fondateur de l'association, le 18 février, Michel Suchod a été nommé président par interim. L'ancien député de la Dordogne aurait "mis en place une politique où l'équipe de la Sarthe ne retrouve plus les valeurs qui l'ont amené à s'investir pour la fondation", pointe Michel Bourigaud, jusqu'alors correspondant-relais dans la Sarthe.

À LIRE AUSSI : Un ancien jeune du Refuge accuse Nicolas Noguier de viol

Selon le démissionnaire, Nicolas Noguier, visé par une plainte collective qui contient notamment une accusation de viol et de harcèlement moral, a dû quitter Le Refuge de force. Il évoque un "coup d'État", un "management digne d'une World compagnie". Pour rappel, un rapport d'audit réalisé par un cabinet indépendant notait que les bénévoles et les salarié·e·s étaient surmenés sous la précédente direction. "La Fondation n’a pas su professionnaliser sa gestion, formaliser son fonctionnement, ni mettre en place une gouvernance équilibrée", pointait le BCG. Le cabinet d'audit pointait "un climat de défiance et un mal-être au travail d’une partie significative des acteurs de la Fondation".

Une situation "insupportable"

L'ancien représentant du Refuge dans la Sarthe estime qu'actuellement, "si vous émettez la moindre opinion divergente, c’est la porte. Or le bénévolat doit rester un plaisir (...) La situation que nous vivons actuellement n’est plus supportable", déplore-t-il dans Ouest-France. Michel Bourigaud entend tout de même poursuivre son militantisme auprès des jeunes LGBTQI+. Il a rejoint le Collectif Tout SEXplique 72 qui gère un appartement pour mettre à l'abris des jeunes victimes d'homophobie.

À LIRE AUSSI : Ce que contient le rapport qui étrille la fondation Le Refuge

Démissionnaire de la fondation du Refuge, Nicolas Noguier n'a lui aussi pas quitté le militantisme. Il s'investit désormais dans le collectif Famille au grand coeur, qui vient en aide aux jeunes réfugiés LGBTQI+.

 

Crédit photo : Capture d'écran Facebook / LeRefugeSarthe


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail