GrindrRugby : Grindr devient le nouveau sponsor du Biarritz Olympique

Par Nicolas Scheffer le 27/05/2021
grindr sponsor biarritz olympique

Les maillots du Biarritz Olympique seront floqués du logo de l'appli de rencontre gay. En s'associant avec Grindr, le club de rugby du Pays basque affirme sa volonté de lutter contre l'homophobie.

Les couleurs de Grindr sur un maillot de rugby, sacré symbole. Le club basque du Biarritz Olympique a annoncé ce mercredi 26 mai que l'application de rencontre gay serait son nouveau sponsor officiel. Le fameux logo jaune et noir sera donc floqué sur tous les maillots du BO utilisés à domicile et en extérieur. Un nouveau partenariat qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre l'homophobie.

"Le club participe à la lutte contre l'homophobie et s'est engagé auprès de Grindr à continuer son action pour l'inclusion et l'acceptation au niveau de sa ligue et du rugby", indiquent le club et l'appli dans un communiqué commun. "Grindr est fier de s'associer avec Jean-Baptiste Aldigé [le président du club biarrot, ndlr] et le BOPB. Le club participe à la lutte contre l'homophobie et s'est engagé auprès de 'Grindr' à continuer d'améliorer l'inclusion et l'acceptation au niveau de sa ligue et du rugby en général", abonde la compagnie américaine.

Grindr, sponsor généreux

Ce partenariat, selon France Bleu Pays-Basque, doit rapporter quelque quatre millions d'euros au club de rugby du Pays basque, qui évolue actuellement en championnat de Pro D2. Soit  "un million d'euros par saison", croit savoir le site Rugbyrama qui souligne que "derrière l'accord unissant la banque Natixis au Racing 92, c'est le plus gros montant alloué par un sponsor à un club de rugby professionnel pour son maillot". Il faut dire que Grindr pèse avec ses 13 millions d'utilisateurs dans 200 pays, puisque sa valeur est estimée à 620 millions de dollars.

Sur les réseaux sociaux, l'annonce du nouveau partenariat a fait l'effet d'une bombe. "Énorme ! C'est une annonce qui devrait secouer le monde plutôt conservateur du rugby français", s'enthousiasme le club parisien gay friendly Les coqs festifs. "Entre l'annonce de l'acceptation des personnes trans dans les compétitions officielles et le Biarritz Olympique qui accepte un contrat avec Grindr, on peut dire que le rugby fait fort en ce moment !", réagit un internaute.

Jean-Batiste Aldigé avait reçu un "carton rouge"

"Avec ce nouveau sponsor maillot, le club explique vouloir lutter contre l'homophobie... que cela se concrétise le plus vite possible !", a réagi sur Twitter l'asso LGBTQI+ des Pays-Basques Les Bascos. En février 2020, le président du club, Jean-Batiste Aldigé, avait été accusé d'homophobie dans une passe d'arme sur les réseaux sociaux avec un élu local. Alors que le conseiller municipal Guillaume Barucq saluait une victoire la veille, le président du club lui a écrit publiquement : "Comment peux-tu oser pointer ton nez ici ? Elle [la prestation sportive du club la veille, ndlr] est pour toi et ta copine Amigorena ce soir #fossoyeurs." François Amigorena étant un autre conseiller municipal biarrot.

À l'époque, Les Bascos avaient mis un "carton rouge" au président du club et la Ligue avait condamné ses propos, réagissant pour TÊTU : "C'est peut-être moins évident pour la plupart des gens que quand des termes plus crus comme 'pédé' ou 'enculé' sont utilisés, mais ça reste à connotation homophobe. On utilise la féminisation pour parler de personnes masculines : c'est souvent ce qu'on fait pour dénigrer les homosexuels".

LIRE AUSSI >> Le rugby et le foot aux couleurs du drapeau rainbow

Cet épisode est un de ceux qui rappellent que le chemin à parcourir est encore long. Une étude de la Ligue nationale de rugby (LNR) indiquait en février que 87% des joueurs professionnels pensent qu'il n'est pas facile d'être un rugbyman homosexuel, et 75% indiquent qu'il n'est pas facile de parler de son homosexualité dans le monde du rugby. À l'occasion de la journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, le 17 mai, la LNR a fait dessiner une ligne arc-en-ciel de 75 mètres sur les pelouses, symbole du "chemin à parcourir concernant le tabou de l'homosexualité".

LIRE AUSSI >> Le rugbyman australien Dan Palmer fait son coming out

Crédit photo : Capture d'écran Twitter / BOPBweb