Culture

"Pacho" Herrera, l'homo qui régnait sur la mafia colombienne


« Pacho » Herrera, baron de la drogue, gay et impitoyable, ne cesse d’alimenter les fantasmes, vingt ans après sa mort. Interprété à plusieurs reprises sur le petit écran, il prend une importance nouvelle dans la troisième saison de Narcos, sous les traits du beau Alberto Ammann…

"Pacho" Herrera Netflix Narcos cartel de Cali

C’est l’histoire d’un homme, ouvertement homosexuel dans un contexte ouvertement homophobe : la Colombie machiste de la fin du siècle dernier. Pacho est puissant et terrifiant. Ses accès sanguinaires et son absence de pitié pour ses adversaires lui ont permis de s’imposer face à Pablo Escobar et consorts. En grimpant sur une pile de cadavres, Hélmer Herrera de son vrai nom s’est hissé jusqu’à la tête des cartels colombiens. Au début des années 90, il est l’un des quatre dirigeants du cartel de Cali, le plus puissant d’Amérique latine après la chute du royaume d’Escobar.

L’homo de main du cartel

Hélmer alias « Pacho » Herrera a commencé sa carrière de mafieux en dealant la poudre blanche dans les rues de New York. Chopé à plusieurs reprises par les policiers de l’époque, il vient frapper à la source. Il semble qu’il se soit rendu à Cali en 1983 pour négocier les droits d’approvisionnement et de distribution du cartel des frères Rodriguez avec la « Grosse Pomme ». Il développe tout un réseaux de trafic à travers le Mexique pour alimenter New York mais aussi tout le sud de la Floride. Il multiplie les sources d’approvisionnement du Pérou jusqu’à la Bolivie, et dispose de nombreux laboratoires de cocaïne en Colombie, dont il assure la protection en s’acoquinant avec les plus dangereux guerilleros de la région : les M-19 mais aussi les FARC. Celui qui règne sur la jungle colombienne vit comme un king à la ville : penthouse flamboyant, bureaux de 14 étages, véhicules blindés, collection de plus de 70 voitures, gardes du corps…

À LIRE AUSSI :

Quand un roi bisexuel régnait sur l’Ouganda

Homo, mais pas militant ni même compatissant. Konbini rappelle une opération de nettoyage social mené par son cartel et couché sur papier dans End of Millennium (2010) : pour « nettoyer » les villes, les milices de Cali ont assassinés massivement prostituées, sans abri, homosexuels et autres « marginaux », puis jeté leurs corps dans la rivière Cauca qui traverse  la cité.

Lorsqu’il se rend en 1996, après une épuisante chasse à l’homme menée par les autorités, Hélmer Herrera est le dernier leader du cartel de Cali encore recherché par la police colombienne. Contre lui, les forces de l’ordre ont une saisie de drogue à Tarpon Springs en 1988 : 3.500 kilo de cocaïne. Condamné à seulement six années de prison, « Pacho » est assassiné en cellule deux ans plus tard, à l’âge de 47 ans.

"Pacho" Herrera Netflix Narcos cartel de Cali
Alberto Ammann (à gauche) / « Pacho » Herrera (à droite)

Sa trace dans la culture populaire

L’homme, de son vivant, se montrait peu et préférait agir en coulisses. Tout ce qu’on sait de lui provient des confessions d’autres mafieux ou des sources de la DEA (Drug Enforcement Administration), qui reconnaissait en lui « l’un des systèmes de blanchiment d’argent le plus élaboré » de la décennie.

« C’est l’un des rares homosexuels a s’être hissé sur la pyramide de la mafia », écrit plus tard un journaliste colombien dans le livre Patroness of Pablo Escobar cité par Earn the necklace. L’homosexualité affichée du personnage est corroborée par de nombreuses autres sources, et reprise avec majesté dès le premier épisode de la 3e saison de Narcos récemment dévoilée par Netflix.

Une publication partagée par Narcos (@narcos) le

Huit minutes de vidéo, et celui qui est présenté comme le « chef de la distribution et de la sécurité » profite d’un bain mousseux en bonne compagnie. On termine l’épisode explosif de la nouvelle saison sur les genoux, et la salsa sensuelle qu’il partage avec un autre homme, devant le regard médusé voire dégoûté de son public. Mais Pacho, qui « dirige une équipe de jeunes psychopathes prêts à faire tout ce qu’il demande », est sanguinaire quand il s’agit de faire taire ses adversaires – qu’ils soient homophobes ou pas.

Dans un tout autre genre, « Pacho » Herrera était déjà représenté dans la série El Cartel diffusée en 2008, sous le pseudonyme de Hugo de la Cruz et l’interprétation de Pedro Mogollón, en criminel ventripotent.

"Pacho" Herrera Netflix Narcos cartel de Cali

Quatre ans plus tard, c’est encore sous un faux nom, celui de Gerardo Carrera incarné par Daniel Rocha, que la série Escobar: El Patrón del Mal donnait la réplique à ce clinquant baron de la drogue.

"Pacho" Herrera Netflix Narcos cartel de Cali

Mais pour l’heure, c’est bien la prestation, pour Netflix, du charismatique Alberto Ammann qui remporte l’unanimité.

https://twitter.com/andrea_gore15/status/905104209888104448

https://twitter.com/minim03971/status/903856210344124416

À LIRE AUSSI : 

Les 6 séries LGBT et queer qu’on aimerait voir revenir ASAP

Et voici tous les personnages LGBT de Game of Thrones (ou presque) !

ads