Christiane Taubira"Chantage à la subvention" contre le centre LGBT de Nantes

Par Julie Baret le 29/04/2016
subvention chantage centre LGBT de Nantes region des Pays de la Loire

La région des Pays de la Loire a décidé de suspendre une subvention accordée au centre LGBT de Nantes, tant que celui-ci continuera de "promouvoir" la gestation pour autrui…

Telle est la déclaration de Laurence Garnier, vice-présidente du Conseil régional chargée de la culture, et conseillère municipale à Nantes, comme elle l'a relayé sur son compte Twitter :

Le Conseil régional a décidé de suspendre l’examen de la demande de subvention de l’organisation du festival Cinépride à Nantes, dans l’attente de précisions du centre LGBT de Nantes, qui organise cette manifestation. (…) il est en effet apparu que le centre LGBT de Nantes fait la promotion de la gestation pour autrui (GPA), comme en témoigne l’organisation d’une réunion sur la GPA le 27 novembre dernier.
En tant qu’institution républicaine, le Conseil régional ne peut financer une association faisant la promotion d’une pratique formellement interdite par les lois de la République.
Et d’ajouter : J’ai donc adressé un courrier au centre LGBT de Nantes et contacté leurs responsables pour leur indiquer que s’ils s’engageaient formellement à renoncer à toute forme de promotion de la GPA, la région serait prête à reconsidérer sa décision.

En d’autres termes, le Conseil régional des Pays de la Loire suspend une subvention pourtant accordée chaque année au centre LGBT de Nantes, car celui-ci a ouvert un espace de dialogue autour de la GPA – qui comme nous le savons est pratiquée même si elle est toujours illégale en France – lors d’une réunion tenue il y a plusieurs mois.

Chantage ou muselière ?

Un argument bien léger pour annuler un festival culturel, sous prétexte que celui-ci est organisé par la même instance. Pis encore, la suspension est valable jusqu’à ce que le centre LGBT de Nantes promette de ne plus s’exprimer sur la GPA. Au minimum du chantage, cette mesure ressemble même à une vraie muselière…
Le président LR du Conseil régional des Pays de la Loire, Bruno Retailleau, estime pourtant que l'accusation de "chantage à la subvention" portée par plusieurs élus locaux de gauche est "scandaleuse" et précise que :

(...) ces propos illustrent l’état de confusion et même de démission de toute une partie de la gauche face à la GPA : tout en affirmant que cette pratique restera interdite, les socialistes refusent de la dénoncer clairement et de la combattre concrètement, quand ils ne favorisent pas dans les faits son développement.

Soit une habile manière d'instrumentaliser l'affaire à des fins politiques.
Il convient de préciser que Laurence Garnier s’était opposé à la loi Taubira lors des débats autour du "mariage pour tous". On s’étonne pourtant que ce soit une conseillère UMP qui décide de couper les subventions d’un centre LGBT, cette mesure ayant été promise par une autre jeune femme blonde…
 
Crédit photo couverture F.Brenon/20Minutes