Le clip très politique du salon de l'érotisme de Barcelone

salon de l'érotisme de Barcelone clip sulfureux "l'hypocrisie de la société espagnole"

Dans un clip sulfureux et baroque, le salon de l’érotisme de Barcelone dénonce violemment « l’hypocrisie » de la société espagnole.

Quand on pense « salon de l’érotisme », on pense volontiers jouissance et sensualité. Beaucoup moins manifeste politique, résistance et militantisme. C’est pourtant les thématiques qu’a choisi de déployer le salon de l’érotisme de Barcelone dans son dernier clip aux accents très politiques, et ce, afin de dénoncer « l’hypocrisie » de la société espagnole. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il frappe très fort car, comme tout salon de l’érotisme qui se respecte, celui de Barcelone propose une mise en scène sulfureuse.

« Je suis née dans un pays hypocrite »

Dans ce nouveau clip, à l’esthétique particulièrement léchée et aux allures de tableau baroque, Amarna Miller – actrice porno espagnole connue pour ses positions féministes – assène le premier coup dès la première phrase : « Mon nom est Amarna Miller, je suis une actrice porno et je suis née dans un pays hypocrite où les mêmes personnes qui me traitent de putain se masturbent sur mes vidéos ». Mais ce n’est qu’un avant goût de ce que vous réserve cette vidéo dans laquelle chaque hypocrisie de la société espagnole dénoncée fait l’objet d’une brillante diatribe accompagnée d’une mise en scène particulièrement provocante. Ainsi, tandis qu’en voix off Amarna Miller critique « un pays qui aime la vie mais qui permet que l’on tue au nom de l’art » – en référence aux récents débats qui ont agité la société espagnole sur l’avortement et sur les corridas – un homme porte dans ses mains ensanglantées un bébé poignardé de banderilles. Âmes sensibles et bien-pensants s’abstenir !

Tout le monde y passe

Amarna Miller égratigne tous le monde : la religion, les politiques, les homophobes. A ce moment, on voit un arbitre enchaîné, l’air grave, tandis que l’actrice porno nous rappelle que l’Espagne est « un pays qui se dit ouvert et tolérant mais où un arbitre reçoit des menaces de mort parce qu’il est gay ». Il y a quelques mois, Jesús Tomillero était le premier arbitre espagnol à faire son coming-out, battant en brèche les discriminations. Malheureusement, quelques semaines plus tard, il annonçait son intention de quitter le football ; las des humiliations, des propos homophobes et des menaces de mort.
Et Amarna Miller, dans une parodie de la Cène, de conclure : « Oui ! Nous vivons dans un pays écœurant d’hypocrisie mais nous sommes encore quelques uns à résister ». Il n’en fallait pas plus pour créer un véritable buzz sur la toile, puisque la vidéo a déjà été vue plus de 4 millions de fois, mais également une énorme polémique en Espagne.
Le salon a lieu jusqu’au dimanche 9 octobre à Barcelone.

 
Pour en savoir plus :
[contact-form-7 404 "Not Found"]


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail