Les quatre podcasts LGBT+ français à ne manquer sous aucun prétexte !

Qui a dit qu’on devait forcément bronzer idiot ? TÊTU vous présente Garçons, Quouïr, Gouinement lundi et Le Placard : quatre émissions de radio et podcasts 100% LGBT+ à glisser dans sa playlist entre deux tubes de l’été !

Garçons, le podcast qui donne la parole aux garçons queer

« Ce podcast, intitulé Garçons, donne la parole à ceux qui ont accepté de se raconter et de partager leur histoire. Aucune étiquette ne leur sera attribuée car il leur appartient de se définir : il y a autant de manière d’être garçon qu’il y a de garçons. » Les mots d’Antoine, 26 ans, parisien créateur du podcast, sonnent juste. Les deux premiers épisodes sont de véritables odes à la fierté. Michael, premier parisien interrogé par Antoine, interroge la masculinité, revient sur une histoire familiale compliquée et évoque son arrivée à Paris. C’est là qu’il s’est pour la première fois autorisé à regarder les garçons sans avoir honte.
Dans l’épisode 2, nous découvrons Fred, 37 ans, séropositif au VIH depuis 2009. Devenu militant, il explique que l’on peut être séropo, heureux dans sa vie amoureuse, dans sa sexualité, au travail et en société. Une parole lumineuse et importante qui brise le cercle de la honte qui entoure encore la maladie :

« Pour trouver sa voie, il faut parfois tout quitter, partir sans se retourner, avec plus de courage qu’on a de bagages. On prend un train vers une destination qui promet la liberté, et peut être quelques réponses. »



Garçons est à retrouver sur iTunes ainsi que sur les principales plateformes de podcast. 

Quouïr : des récit de coming-out inspirants

« Moi c’est Rozenn le Carboulec, je suis journaliste et je suis lesbienne. Ce podcast, c’est aussi un peu mon coming-out. » Juste avant de devenir la rédactrice en chef de TETU.com, Rozenn Le Carboulec s’est lancée dans un projet fou : un véritable « tour de France » pour recueillir, micro à la main, des récits intimes sur le coming out. Dix ans après avoir fait le sien, à l’âge de 19 ans, la journaliste prête son oreille attentive à des témoignages diffusés dans Quouïr, une série d’histoires bouleversantes retraçant toutes des coming-out, produites par Nouvelles écoutes.
Heloïse est une jeune lesbienne catholique, Sohan raconte son parcours de transition, entremêlant expérience personnelle et dialogues avec sa mère et sa soeur, Juliette. Karell et Emilie reviennent sur leur parcours de PMA et Richard se souvient comment son âme soeur, une femme, l’a aidé à assumer son homosexualité après 17 ans d’amour. Quant à Shyle, bisexuel et genderfluid, il explique préférer qu’on le désigne au masculin. Des histoires singulières et pourtant universelles qui font un bien fou à entendre. Le dernier épisode sortira ce lundi 30 juillet :

« Parfois, révéler à ses proches qu’on est homos, bi ou trans est encore une étape compliquée, marquée par l’indifférence, le rejet, la violence. Mais ça peut aussi être un soulagement, une joie, une renaissance, comme pour moi. Ces parcours de vie invisibilisés, j’ai voulu les raconter dans Quouïr », explique Rozenn dans la bande-annonce.


Quouïr est disponible sur les principales plateformes de podcast et sur le site des Nouvelles Écoutes.

Gouinement lundi, l’émission aux couleurs de l’été lesbien

« L’émission 100% lesbienne et biE », beau programme ! Gouinement Lundi, c’est une émission diffusée chaque quatrième lundi du mois, en direct, sur la radio Fréquence Paris Plurielle (106.3 FM). L’été, l’équipe de bénévoles uniquement composée de meufs, est actuellement en vacances, mais propose une série de podcasts disponibles sur son site internet. PMA pour toutes, humour, patriarcat, transidentité… Aucun sujet n’est laissé sur la touche !
Coup de coeur pour l’émission du 30 novembre dernier, la « humhum émission / Parties fines et prévention sexuelle » : les filles y parlent librement de sexualité féminine et de sex party, et nous rappellent qu’il a fallu attendre 2009 pour démontrer que clitoris et point G sont liés! Big up pour l’excellent reportage à la Mutinerie, célèbre bar féministe de la rue Saint-Martin à Paris, « ouvert à tou-TE-s, par et pour des meufs, gouines, trans’ et queer ». Vivement la rentrée !

« Gouinement lundi apporte ainsi lumière et espérance dans un espace médiatique mainstream qui ne donne jamais à entendre les sujets, les enjeux, et les initiatives féministes et/ou portées par les lesbiennes, biEs et trans », détaillent les filles sur leur site internet.


Les émissions de « Gouinement Lundi » sont à retrouver sur radio Fréquence Paris Plurielle (106.3 FM) et en podcast sur le site dédié de l’émission.

Le Placard, duquel les invités sont déjà sortis

« Notre placard c’est un lieu cosy, ouvert aux lesbiennes, gays, bis, trans, queer, intersexes et à la curiosité des 90% d’hétéros que l’on croise tous les jours. » Dans Le Placard, émission diffusée sur Radio Campus Paris, sociologues, historiens, militants et associatifs se suivent et ne se ressemblent pas. De Martine Gross, ancienne co-présidente de l’APGL et sociologue de l’homoparentalité à Sophie Labelle, bédéiste et auteure transgenre canadienne, l’émission nous fait découvrir des profils souvent méconnus mais passionnants.
Parmi toutes ces rencontres, celle avec Phan Bigotte, 62 ans, séropositif depuis 1987, à la tête de l’académie gay et lesbienne et qui milite pour la création d’un centre d’archives LGBT, est particulièrement émouvante. De son témoignage, nous retiendrons notamment ces quelques mots :  « J’ai survécu à la guerre du Vietnam, puis grâce aux hôpitaux français, je suis un rescapé du sida. Depuis 30 ans, chaque jour qui passe est un bonus pour moi, mais je coûte très cher à la Sécu. J’aimerais bien être utile à ma façon ».


Les émissions du « Placard » sont à retrouver sur Radio Campus Paris.
Crédit photo : captures d’écran/Nouvelles Écoutes/Garçons/Gouinement lundi/Le Placard.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail