ChicagoÉtats-Unis : le Parti démocrate reconnait officiellement ses membres non-binaires

Par Louise Guibert le 27/08/2018
non-binaires

La Convention nationale démocrate, réunie le 25 août à Chicago, a pris un tournant historique en reconnaissant pour la première fois la non-binarité de ses membres qui ne s'identifient ni au genre masculin ni au genre féminin.

Ce week-end, la Convention nationale démocrate faisait une annonce retentissante pour l'inclusion de la communauté LGBT+ en politique : désormais, les membres du parti ne se définissant ni en tant qu'homme ni en tant que femme seront reconnus comme non-binaires.

Auparavant, chaque membre devait s'identifier comme homme ou femme pour pouvoir participer aux divers processus politiques du parti. Jason Rae, secrétaire de la Convention nationale démocrate et co-auteur de l'amendement, explique sur Twitter que celui-ci a été adopté pour rendre le parti le plus inclusif possible :

« Fier d'avoir fait partie de ces importantes réformes au sein de Convention nationale démocrate aujourd'hui. Nous voulions être sûrs que chaque personne qui participe à notre politique se sente incluse et libre d'être totalement elle-même », a tweeté Jason Rae.

« Cela réaffirme notre solidarité envers la communauté LGBTQ »

Tom Perez, président du Comité national démocrate depuis février 2017, a expliqué la décision des démocrates à CNN : « Notre engagement en faveur de l'inclusion est à la base de notre diversité en tant que parti. En adoptant cet amendement, le Comité national démocrate veille à ce que chacun se sente accueilli et aimé pour qui il est. Cela réaffirme notre solidarité envers la communauté LGBTQ et appelle les gouvernements, les employeurs et les associations du pays à faire de même ».

Aux États-Unis, la reconnaissance de la non-binarité des citoyens s'effectue peu à peu. Dans certains Etats, le troisième genre est officiellement reconnu, notamment à Washington D.C et dans l'Oregon. Dans chaque Etat, le parti démocrate appliquera peu à peu cette nouvelle règle d'ici la convention 2020. Une bonne nouvelle dans l'Amérique de Donald Trump, dont la politique anti-LGBT+ continue de menacer les minorités.

À LIRE AUSSI : USA : la politique de Trump a des conséquences dévastatrices sur la santé des LGBT+

 

Crédit photo : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.