facebook

Pour le parlementaire australien Bob Katter, l’homosexualité est juste une « mode »

En course pour les élections fédérales, le politicien australien de 73 ans Bob Katter a déclaré n'avoir jamais vu, ou entendu parler, de gays durant les 50 premières années de sa vie.

Où sont les personnes LGBT+ en Australie ? Visiblement loin de Bob Katter. Tristement célèbre pour renier l'existence des personnes queer dans son pays, le politicien, membre de la Chambre des représentants, avait déclaré qu'il "marcherait à reculons, de Bourke à Brisbane (1.000km), s'il y avait le moindre gay dans son électorat". Pourtant, son propre frère avait fait son coming-out à tout juste 18 ans. Preuve qu'on ne voit pas ce qu'on ne veut pas voir.

Pour le politicien, être queer est "juste une mode". "Demain il y en aura une autre", aurait-il commenté auprès du média the Dalby Herald. Risquer d'être rejeté, harcelé et violenté serait donc tendance ? Une mode quand même bien étrange, surtout quand on sait qu'être LGBT+ est punissable de prison, torture, ou mort, dans 74 pays encore aujourd’hui.

A LIRE AUSSI : Le pape François inquiet qu’une « mode » de l’homosexualité gagne l’Eglise

Jeter les gays aux crocodiles

Katter ne s'arrête pas là dans sa croisade anti-homosexualité. Accusant d'abord les gays de "tuer des enfants en donnant du sang infecté" et de "pousser les gens au suicide avec leurs pratiques homosexuelles", il les accuse ensuite d'avoir "volé le mot 'gay'", qu'il veut "récupérer". "Ils ont volé le plus beau mot de la langue anglaise", se plaint le politicien, qui accuse aussi les personnes LGBT+ de vouloir s'approprier le mot "mariage", et enfin de leur "voler leur liberté".

Il s'est d'ailleurs opposé au mariage pour tous dans sa campagne, en 2017, où il avait déclaré être plus inquiet pour les gens qui meurent mangés par des crocodiles que pour l'égalité, prouvant une fois de plus son attirance pour les comparaisons douteuses.

A LIRE AUSSI : Australie : une standing ovation pour un lycéen qui fait son coming-out

A la tête d'un parti homophobe

Ayant créé son parti en 2001, il s'est entouré, entre autres, de Tess Corbett qui avait allègrement comparé les personnes queers à des pédophiles en 2013 : " Les pédophiles sont les prochains a être reconnus comme les gays et les lesbiennes et à se voir octroyer des droits", avant d'ajouter qu'elle ne voulait pas "de gays dans les jardins d'enfants".

Crédit photo : Facebook Bob Katter


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail