cinémaEn 2019, Hollywood a encore un problème avec les acteurs ouvertement LGBT

Par Alexis Patri le 02/05/2019
looking

Plafond de verre, dissuasion de coming-out et refus de caster des acteurs queer, des voix s'élèvent contre les barrières d'un autre temps qui subsistent à Hollywood à l'encontre des acteurs et actrices LGBT.

Malgré la présence croissante de personnages LGBT, le progressisme a encore bien du mal à percer à Hollywood. Le réalisateur de "Love, Simon" Greg Berlanti a récemment dénoncé "l"homophobie internalisée" du milieu du cinéma américain auprès du Hollywood ReporterEt les professionnels du cinéma LGBT seraient même les premiers à refuser d'employer des acteurs ouvertement homosexuels. "Les cadres et les casteurs gays étaient les plus susceptibles de refuser qu'un acteur ouvertement gay obtienne un rôle hétéro", se souvient-il au sujet du début de sa carrière.

A LIRE AUSSI : Le réalisateur de « Love, Simon » prépare un biopic sur la star américaine Rock Hudson

Un "plafond de verre" LGBT

C'est probablement ce qu'a vécu Daniel Franzese. Figure emblématique du 'meilleur ami gay', l'acteur de "Mean Girl" (et de "Looking") s'est ouvert récemment sur les difficultés qu'il rencontrait à trouver du travail. Il n'a jamais caché son orientation sexuelle, mais il en viendrait parfois à le regretter.

"Hollywood ne pensait pas que mon talent allait au-delà des rôles gays, explique-t-il. On ne me laissait pas auditionner pour les rôles hétéros". Selon l'acteur, qui est resté au chômage pendant plusieurs années après "Mean Girl", on ne lui proposait que "des rôles stéréotypés qui servaient à se moquer des gays".  Il y aurait donc, à Hollywood, un "plafond de verre" pour les acteurs et actrices LGBT. Un plafond de verre qui les encouragerait à rester dans le placard. Quand ce n'est pas carrément les studios qui leur demandent...

A LIRE AUSSI : Tyler Blackburn de « Pretty Little Liars » fait son coming-out

Maintien forcé dans le placard

Fin janvier, l'actrice Mollee Gray indiquait avoir retardé son coming-out par craintes pour sa carrière. Trois mois auparavant, son confrère Garrett Clayton confiait que des cadres d'Hollywood l'avaient forcé à taire son homosexualité auprès du grand public. Leur point commun ? Avoir commencé leurs carrières chez Disney. Le mastodonte, créateur de Mickey Mouse, n'est effectivement pas connu pour son progressisme. Et ses tentatives d'ouverture, rares, ont souvent senti fort le pinkwashing. En témoignent les récentes annonces autour d'un personnage gay dans Avengers. 

A LIRE AUSSI : Il y a un personnage gay dans « Avengers : Endgame ». Mais il ne sert à rien

On a cru, pourtant, que cette époque serait révolue, en découvrant un personnage ouvertement homosexuel dans la deuxième saison de la série "Andi Mack". Une joie de courte durée. On apprenait en effet fin avril que l'unique série Disney où l'homosexualité est représentée ne reviendra pas sur les écrans à l'issue de sa troisième saison.

Difficile de savoir si la situation est différente en France. Si certains acteurs français sont ouvertement LGBT et que d'autres restent - plus ou moins discrètement - dans le placard, aucun d'entre eux n'a de discours public sur la question. Mais quand on voit qu'un film comme "Epouse-moi mon pote" trouve des financements et cartonne en salleon se dit que ça ne doit pas être si différent...

Crédit photo : Home Box Office (HBO)