homophobieUn kiosquier parisien a-t-il refusé de vendre le magazine "L'Equipe" avec un bisou gay en couverture ?

Par Youen Tanguy le 06/05/2019
kiosquier

Un internaute parisien a accusé, samedi 4 mai, un kiosquier d'avoir refusé de vendre le magazine L'Equipe, affichant un baiser entre deux hommes en couverture. La société MediaKiosk a décidé d'ouvrir une enquête interne.

"L'homophobie décomplexée dans toute son horreur." C'est ce qu'a écrit Grégory Tilhac samedi 4 mai sur Facebook. Dans son message, l'internaute accuse un kiosquier de la place de la République, à Paris, d'avoir refusé de vendre le magazine L'Equipe qui accompagnait l'édition de ce samedi. En cause : le bisou gay qui se trouve en couverture et introduit un long dossier consacré à l'homophobie dans le sport.

A LIRE AUSSI : La superbe Une de « L’Equipe » contre l’homophobie dans le sport

"Je demande le magazine au kiosquier, celui-ci me répond qu'il n'y en a pas aujourd'hui, raconte-t-il dans son post. Je lui demande pour quelle raison, et naïvement je lui lance : 'Ils sont tous déjà partis '. Il m'explique alors que le carton est là, mais qu'il ne les a pas déballés ce matin (...) je lui demande : 'Vous êtes homophobe ?'. Il me répond 'oui'. Tout simplement."

Réactions politiques

Les réactions ne se sont pas faites attendre sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes se sont dit attristés. "Ça nous rend encore plus fiers de notre une", a réagi sur Twitter Imanol Corcostegui, le rédacteur en chef adjoint du magazine de L'Equipe.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a de son côté dénoncé un refus "inacceptable". "Tout sera mis en oeuvre pour faire reculer les actes et les propos homophobes", a-t-elle ajouté.

La secrétaire d'Etat chargée de l'égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, a demandé à la Dilcrah de faire un signalement au Procureur de la République. "L'homophobie est un délit", a-t-elle abondé.

Contactée par TÊTU samedi 4 mai, MediaKiosk assure avoir pris contact avec le kiosquier "qui réfute ces accusations". "Compte tenu de la gravité de la situation, nous allons mener une enquête plus approfondie afin de comprendre exactement les faits et prendre les mesures qui s’imposeront", ajoute la société.

Selon l'adjointe à la mairie chargée du commerce, Olivia Polski, le kiosque sera fermé ce lundi et le commerçant doit être entendu le lendemain par les services de MediaKiosk.

Crédit photo : Capture d'écran Google Maps