Youtube, drama et homophobie… Tout comprendre au feuilleton James Charles

Le youtubeur américain James Charles est au coeur d'un scandale qui lui a fait perdre plusieurs millions d'abonnés en moins d'une semaine. Accusé de harcèlement sexuel, il répond "homophobie".

À première vue cette histoire a tout d'un drama de télénovela. Le nom de James Charles est partout sur les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines. Le jeune youtubeur beauté américain de 19 ans a été accusé d'avoir harcelé sexuellement plusieurs hommes. Et comme toujours avec les scandales, Internet s'en est donné à coeur joie. Sur Twitter, les hashtags #JamesCharlesIsOverParty et #JamesCharlesIsCancelled ont passé un week-entier dans les top trends. Le youtubeur comptait jusqu'alors plus de 16 millions d'abonnés sur sa chaîne Youtube. Tombé en disgrâce, 2,5 millions d'entre eux ont lui ont tourné le dos en moins d'une semaine. Accusations de harcèlement sexuel et clichés homophobes, chaque rebondissement de cette affaire tient les fans en haleine.

James Charles ? C'est qui ?

James Charles, c’est avant tout l’histoire d’une success story. Une de celles que l’Amérique chérit tant. Né en 1999 dans l'Etat de New-York, son ascension fulgurante commence en mars 2016 quand il publie son premier tutoriel de maquillage sur Youtube. En quelques mois, le nombre de vues de sa chaine explose.

https://www.instagram.com/p/Bu7ME3BAGJ6/?utm_source=ig_web_copy_link

Rapidement, la célèbre youtubeuse beauté Tati Westbrook le prend sous son aile. C'est le début de la gloire pour James Charles. En octobre de la même année, il est nommé première égérie masculine de la célèbre marque de maquillage CoverGirl aux côtés de la chanteuse Katy Perry.

En une année seulement, James Charles atteint le million d'abonnés. Alors qu'il termine à peine ses années de lycée, il commence à devenir incontournable. Fashion Week, collaboration avec des marques de maquillage... En 2018, il dépasse la barre des 10 millions d'abonnés. Il lance même sa propre palette de maquillage avec la marque Morphe Cosmetics début 2019.

À LIRE AUSSI : 10 jeunes queers qui cassent les codes du genre sur Internet

Pour l'occasion, une tournée dans tous les magasins de la marque à travers les Etats-Unis est organisée. Le youtubeur réunit des milliers de personnes à chacune de ses apparitions.

Coachella : l'origine du scandale

Jusqu'ici, tout va pour le mieux pour James Charles. Le festival de musique Coachella, fait figure de cour de récré pour le youtubeur qui y est repéré tous les ans pour ses tenues extravagantes. Mais cette année, quelque chose déplait à James Charles. Peu après le festival, il se plaint sur Twitter du comportement d'un jeune homme qui lui aurait fait des avances, avant de se rétracter. Car le garçon Ce n'est un secret pour personne : James Charles est attiré par les hommes hétéros. D'ailleurs, le youtubeur le revendique lui-même dans ses vidéos.

https://www.instagram.com/p/Bwf-yzvgv5g/?utm_source=ig_web_copy_link

Le jeune homme en question, nommé Gage a réagi dans une vidéo postée sur Youtube. Dans celle-ci, il explique avoir subi des pressions répétées de la part de James Charles. "Il me faisait me sentir coupable de ne pas vouloir essayer quelque chose que je ne voulais pas faire." L'histoire aurait pu en rester là.

Seulement, à ce même festival, James Charles fait la promotion d'une gamme de vitamines pour les cheveux de la marque Sugar Bear Hair. Une manière de les remercier d'avoir assuré sa sécurité face à la foule en délire de Coachella, assure-t-il. Seulement voilà, cette marque est la concurrente directe de Tati Westbrook, sa grande amie et propriétaire de Halo Beauty. Pour son amie et mentor, c'est une véritable trahison : James Charles a toujours refusé de faire la promotion de sa marque de vitamines sur les réseaux sociaux.

Des accusations de harcèlement sexuel

Communiqués de presse, tweets cryptiques et story en larmes, les échanges indirects se multiplient entre les deux ex-amis. Jusqu'au 10 mai dernier où Tati publie une vidéo de 40 minutes pour mettre les choses au point (et pour balancer sévèrement sur James Charles).

Dans une vidéo intitulée "BYE SISTER...", la youtubeuse détaille les comportements problématiques que James Charles aurait eu en sa présence.

Selon elle, le jeune homme aurait voulu manipuler des hommes hétéros pour les amener à penser qu'ils étaient gays. À son anniversaire, le jeune homme aurait même harcelé sexuellement un serveur. Et c'est là qu'internet s'en mêle. Les rumeurs fusent et les hashtags qui mentionnent James Charles caracolent dans les top trends. D'autres "Beauty guru" s'en donnent également à coeur joie. Comme Jeffrey Starr, autre youtubeur beauté et "ami" de James Charles qui s'empresse de nourrir les rumeurs.

Une première réponse qui ne convainc pas

La réaction de James Charles ne se fait pas attendre. Dans une vidéo de 8 minutes, il s'excuse auprès de Tati et son mari. "Je déteste le fait de savoir que j'ai déçu deux personnes que je considère comme des modèles." Pas de maquillage, des larmes, la voix enrouée... Le youtubeur donne un début d'explication.

Cependant, le youtubeur ne s'étend pas sur la question des accusations de harcèlement sexuel. Se contentant d'un vague mea culpa. "Je me suis retrouvé dans des situations très étranges (...) et j'ai appris à la dure comment interagir avec les garçons qui m'intéressent et ceux à qui je ne devrais pas parler."

Plus de mensonges

Quelques jours plus tard, dans une nouvelle vidéo intitulée "No more lies"- plus de mensonges, en français- le jeune youtubeur revient sur les accusations qui ont pesé sur lui au cours des dernières semaines.

Captures d'écrans à l'appui, le youtubeur s'emploie à démonter toutes les accusations qui pèsent sur lui. "Je n'utiliserai jamais ma célébrité, mon argent ou mon pouvoir pour obtenir des relations sexuelles de la part d'un homme. C'est répugnant et ça ne me ressemble pas" clame-t-il après plusieurs minutes d'explications.

Pendant 40 minutes, il démonte point par point tout ce qui lui a été reproché. Captures d'écran et vidéos à l'appui. Pour lui, c'est clair : la vidéo de Tati à rassemblé une foule de gens heureux de faire passer un homme gay pour un prédateur sexuel. Il admet avoir flirté avec un serveur nommé Sam et publie la conversation privée initiée par le serveur en question. Une discussion anodine entre deux jeunes hommes qui s'avouent mutuellement ne jamais avoir été actifs sexuellement avec des hommes. Et Sam cherchant à vérifier sa bisexualité.

Le cliché du "prédateur gay" ?

"Il n'y a eu aucun hétérosexuel manipulé dans cette histoire" se défend James Charles. Le youtubeur reprend toutes les accusations qui ont pesé sur lui et les place dans dans un contexte plus global, symptomatique de l'homophobie latente. Selon lui, cette histoire révèlerait que le cliché de l’homosexuel obsédé par le sexe, harcelant des jeunes hommes pour les rendre gays est toujours d’actualité.

"Ces stéréotypes autour des hommes gays ont été et continuent d'être très préjudiciables pour la communauté et ont historiquement été utilisés pour dénigrer les homosexuels." développe le vidéaste. "Les dernières semaines ont été les pires de ma vie" explique-t-il avant de positiver. "Si je peux surmonter ça, je peux surmonter n'importe quoi." Suite à sa vidéo, le youtubeur qui annonce avoir besoin de prendre du recul vis-à-vis de ses vidéos et des réseaux sociaux, a déjà regagné plusieurs centaines de milliers d'abonnés.

À LIRE AUSSI : Logan Paul, le youtubeur qui voulait « devenir gay » pendant un mois

Crédit photo : Capture d'écran Youtube


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail