Une ministre brésilienne accuse la « Reine des neiges » de rendre les enfants homosexuels

L’héroïne du dessin animé « La Reine des neiges » est à nouveau vivement critiquée, six ans après sa sortie. Cette fois-ci une ministre brésilienne l’a accusée de « rendre les enfants homosexuels« .

Qui aurait cru qu’un dessin animé puisse susciter une aussi vive – et longue – polémique ? La Reine des neiges, film animé produit par Disney et sorti en 2013 est encore sous le feu des critiques. Et il le sera de plus en plus à mesure que s’approche la sortie du deuxième volet prévue pour novembre 2019 en France.

Cette fois-ci c’est carrément la ministre des droits de l’Homme, Damares Alves, qui s’est attaquée à l’héroïne du film, Elsa, lors d’une conférence sur la « défense de la famille » donnée au Brésil. Connue pour ses positions très conservatrices et fervente religieuse, la ministre a tenu a expliquer à la foule sa théorie concernant le personnage.

« Vous savez pourquoi elle se retrouve seule dans un château de glace, demande-t-elle, parce qu’elle est lesbienne ! »

A LIRE AUSSI : Investiture de Bolsonaro au Brésil : qui est Damares Alves, la ministre chargée des questions LGBT ?

Attendre sa « charmante princesse »

La ministre des droits de l’Homme – drôle de titre pour une femme opposée à la lutte pour les droits des LGBT+ – continue et s’en prend même à Disney. Selon elle, les studios enseigneraient donc aux petites filles qu’il faut « attendre leur charmante princesse » au lieu du « prince charmant ».

Relayée sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, les internautes ont tourné ses propos à la dérision. « Cela serait une super idée pour une suite. Je pourrais payer pour voir ça. »

A VOIR AUSSI : Ce père et son fils dansent sur « Libérée, délivrée » et la vidéo devient virale

Elle persiste et signe

Sur son compte Instagram, la ministre nommée par le président Jair Bolsonaro, a exprimé sa « surprise » face aux réactions sur les réseaux sociaux. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle s’enfonce.

« Mes positions sont connues de tous. Je critique les idéologues du genre et leurs tentatives d’ingérer dans l’identité de nos enfants. » 

Depuis l’arrivée au pouvoir du très conservateur Jair Bolsonaro, le Brésil ne cesse de réduire les droits des LGBT+. En janvier dernier, le président à tout simplement retiré les questions LGBT+ du portefeuille de la ministre Alvès. Un mois plus tard il a annoncé vouloir éradiquer tous les contenus ayant traits aux questions liées à la communauté LGBT+ dans les manuels scolaires.

Selon une association de lutte pour les droits des LGBT au Brésil, une personne homosexuelle ou transgenre est assassinée toutes les 25 heures dans le pays.

Crédit photo : 2013 Disney Enterprises. 

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail