facebook

« Ce sera nous ou elle » : l’ultimatum des députés LREM contre Agnès Thill

Plusieurs député·e·s LREM se sont insurgé·e·s d'un nouveau dérapage de leur collègue Agnès Thill, dont l'éventuelle exclusion doit être prochainement examinée par le parti.

"Ce sera nous ou elle." Les députés LREM Raphaël Gérard et Laurence Vanceunebrock-Mialon ont interpellé le patron du parti, Stanislas Guerini, après une nouvelle sortie de leur collègue anti-PMA Agnès Thill.

La députée controversée a donné une interview au magazine très conservateur L'incorrect où elle estime que la loi bioéthique, prévoyant l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, et qui doit être présentée en conseil des ministres en juillet prochain, "restera dans l'histoire comme celle qui aura évincé les pères de la naissance et de l'éducation des enfants. C'est trop grave".

A LIRE AUSSI : C’est officiel, LREM n’en peut plus d’Agnès Thill

Dans la suite de l'interview, elle se dit également "frappée par le communautarisme qui émane des orientations sexuelles de chacun" qui "devraient relever uniquement de notre intimité'. C'est la goutte d'eau pour le député Raphaël Gérard.

Réactions des député·e·s

"On pourrait presque avoir pitié si ça ne sentait pas aussi fort les années trente..., a-t-il écrit le 6 juin dernier sur le réseau social Twitter. Alors Stanislas Guerini, elle ou moi ?"

Un message auquel a répondu sa collègue Laurence Vanceunebrock-Mialon le lendemain. "Deux ans que nous sommes alliés dans les mêmes combats. Que nous faisons face à l'obscurantisme et à la volonté de certain(e)s de maintenir une inégalité flagrante envers les enfants de la République et leurs familles. Ce sera NOUS ou ELLE."

"Agnès Thill est le cheval de Troie de la Manif pour tous..."

Interrogée par TÊTU, la députée se dit "usée" par cet énième dérapage. "Si jamais elle doit rester dans ce mouvement, je préfère être indépendante, nous assure la députée. Je ne peux pas continuer à m’afficher dans un groupe qui accepte qu'une personne tenant de tels propos reste dans ses rangs."

Et d'ajouter : "Agnès Thill est le cheval de Troie de la Manif pour tous, de Sens commun, du Rassemblent national. Elle fait un travail de sape de l’intérieur. Tout le monde s'en rend compte, mais les instances de notre mouvement sont gênées de prendre des décisions."

A LIRE AUSSI : PMA pour toutes : « Je n’ai plus le temps d’attendre »

Car Agnès Thill n'en est pas à son premier dérapage. L'ancienne directrice d'école avait notamment évoqué l'existence d'un supposé "lobby LGBT à l'Assemblée nationale", ou comparé la souffrance des femmes seules en quête de PMA à celle des "drogués" lors d'une interview. Elle avait en outre considéré que "l'absence de genre dans le mot parent" favoriserait "l'éclosion d'écoles coraniques".

Mettre la pression sur Stanislas Guerini

Une polémique qui intervient à quelques semaines du projet de loi prévoyant l'ouverture de la PMA pour toutes en conseil des ministres. Le patron de LREM, Stanislas Guerini, a d'ailleurs plaidé le 4 juin dernier pour que la loi "ne traîne pas" à être débattue au Parlement. Une position "complètement antinomique", selon Laurence Vanceunebrock-Mialon. « Quand je l’entends dire ce genre de choses - alors qu'Agnès Thill est toujours membre de LREM - , je n’y porte aucun crédit [...]. Il doit prendre ses responsabilités. Moi et Raphaël (Gérard, NDLR) on le fera."

"C'est une manière de mettre la pression sur Stanislas Guerini, confie-t-on dans l'entourage de Raphaël Gérard. Les deux député·e·s attendent désormais que la députée de Beauvais soit convoquée - pour la deuxième fois de l'année - par la commission des conflits, qui sera chargée d'instruire son cas et d'acter son éventuelle exclusion du parti.

"La procédure est en cours et nous souhaitons avoir une décision prochainement", nous assure-t-on simplement dans l'entourage de Stanislas Guerini. Affaire à suivre.

Crédit photo : CHARLY TRIBALLEAU / AFP.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail