facebook

Agnès Thill convoquée par LREM le 25 juin prochain en vue de son éventuelle exclusion

La députée LREM Agnès Thill, farouche opposante à la PMA pour toutes, a annoncé sa convocation en commission des conflits le 25 juin prochain. Elle risque l'exclusion.

"N’est pas mort celui qui combat." C'est avec ces mots que la députée Agnès Thill a annoncé sa convocation à la commission des conflits de La République en marche (LREM) le 25 juin prochain. Une information confirmée à TÊTU par la direction du parti. L'élue avait été entendue une première fois en février par cette commission pour des déclarations contre la PMA mais elle n'avait reçu qu'une simple "mise en garde" après s'être engagée "à faire attention à ses propos".

Ces derniers mois, elle a pourtant multiplié les sorties anti-PMA sur les réseaux sociaux et dans la presse. Dernier évènement en date : une interview au magazine très conservateur L’incorrect. Elle y estime que la loi bioéthique, prévoyant l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, qui doit être débattue au parlement en septembre prochain, "restera dans l’histoire comme celle qui aura évincé les pères de la naissance et de l’éducation des enfants. C’est trop grave".

"Ce sera nous ou elle"

"Ce sera nous ou elle", avaient alors réagi les députés LREM Raphaël Gérard et Laurence Vanceunebrock-Mialon sur Twitter. "Agnès Thill est le cheval de Troie de la Manif pour tous, de Sens commun, du Rassemblent national, avait commenté la députée auprès de TÊTU. Elle fait un travail de sape de l’intérieur. Tout le monde s’en rend compte, mais les instances de notre mouvement sont gênées de prendre des décisions. »

À LIRE AUSSI : « Ce sera nous ou elle » : l’ultimatum des députés LREM contre Agnès Thill

En parallèle, le patron du parti Stanislas Guerini, assurait à RFI s'être "toujours prononcé pour que sur ces questions aussi intimes liées à l'éthique de chacun, il puisse y avoir une liberté de vote". "Il ne doit pas y avoir de police de la pensée sur ces sujets-là", a-t-il ajouté, en rappelant qu'au moment du vote sur le mariage pour tous certains députés de la majorité s'étaient alors abstenus, ce qui n'est "pas grave".

"Il ne me semble pas illégitime de prononcer son exclusion"

Sa nouvelle saisine de la commission des conflits sur le cas de Mme Thill est "une question très différente", a-t-il poursuivi : "Je n'ai jamais jeté la
pierre à Agnès Thill car elle a une opinion différente de la mienne sur la question de la PMA." Mais il faut selon lui "un dialogue apaisé sur cette question de société."

À LIRE AUSSI : 16 parlementaires LREM appellent à mettre un terme à l’homophobie et au sexisme au sein de leur parti

Et de conclure : "Il ne me semble pas illégitime de prononcer son exclusion car de façon répétée elle a tenu des propos qui mettaient de l'huile sur le feu et qui ne sont pas conformes à nos valeurs".

(Avec AFP)

Crédit photo : CHARLY TRIBALLEAU / AFP.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail