facebook

La seule athlète indienne ouvertement LGBT a battu un record du monde

Dutee Chand, une athlète indienne bisexuelle, a remporté la médaille d'or à une compétition universitaire mondiale à Naples, en Italie.

Elle est la première athlète indienne ouvertement LGBT+. La sprinteuse hyperandrogène Dutee Chand a remporté la médaille d'or au 100m dans une compétition mondiale (11,32 secondes). Elle courait à l'occasion d'une compétition universitaire mondiale (FISU) à Naples, en Italie.

Une belle victoire pour la jeune femme qui a écrit sur Twitter : "Rabaissez-moi, je reviendrai plus forte". Le message était accompagné d'une photo de sa médaille d'or et d'une poupée.

"Ce message est destiné à ma famille, ma soeur Saraswati et ma mère Akhuji, qui sont opposées au fait que j'ai des relations avec des femmes", a-t-elle déclaré au journal local TOI, dans une déclaration reprise par The Times of India.

A LIRE AUSSI : Cette athlète est devenue la première sportive indienne à faire son coming-out

Et d'ajouter : "Je n'ai pas besoin de leurs conseils. Je suis assez mature pour prendre mes propres décisions. Cette médaille devrait faire taire tous ceux qui ont parlé de moi, de mon existence et de mon choix d'âme soeur".

Une performance saluée par le Premier ministre indien qui a parlé d'une "victoire exceptionnelle d'une athlète exceptionnelle". "Bravo Dutee Chand, l'Inde est fière de vous".

Dépénalisation de l'homosexualité en Inde

En septembre, la Cour suprême indienne a dépénalisé l'homosexualité : les juges de la Cour suprême de Delhi ont ainsi jugé illégal l'article 377 du code pénal, datant de l'ère coloniale britannique, condamnant les relations sexuelles entre personnes de même sexe, qualifiées de "sexe contre nature".

A LIRE AUSSI : En Inde, la Cour suprême prend la décision historique de dépénaliser l’homosexualité

"Récemment, ma sœur a dit quelque chose à ma mère qui l'a amenée à s'opposer à cette relation et elle m'a grondée et menacée de me calomnier en public", a-t-elle raconté.

Hyperandrogénie

Chand, médaillée d'argent sur 100 et 200 m aux Jeux asiatiques en Indonésie l'année dernière, a livré une longue bataille juridique après sa suspension en 2014 pour hyperandrogénie, avant de saisir le Tribunal arbitral du sport en 2015 et de gagner le droit de concourir à nouveau.

A LIRE AUSSI : Athlètes intersexes : pourquoi le rejet du recours de Caster Semenya est un problème

Elle a récemment apporté son soutien à la Sud-Africaine Caster Semenya, déboutée début mai par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de son action contre les règles de la Fédération internationale d'athlétisme obligeant les athlètes hyperandrogènes à faire baisser leur taux de testostérone.

Crédit photo : Instagram.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail