facebook

Aux États-Unis, la crise du coronavirus facilite l’accès des hommes gays et bis au don du sang

Depuis 2015, les Américains gays et bisexuels ne pouvaient donner leur sang qu'au terme de douze mois d'abstinence. Dans le contexte de la crise du coronavirus, ce délai a été réduit à trois mois.

D'après le site d'information LGBT+ américain Them, la U.S. Food & Drug Administration (FDA) a révisé ses recommandations sur le don du sang pour les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes (HSH), mais aussi pour les travailleurs du sexe, les usagers de drogues et les personnes qui se sont fait faire récemment un tatouage ou un piercing, en raison d'un "besoin urgent" dû à la crise du coronavirus.

À LIRE AUSSI : Les homosexuels pourront désormais donner leur sang après quatre mois d’abstinence

En effet, depuis 2015, les hommes homosexuels et bisexuels ne pouvaient pas donner leur sang aux États-Unis à moins d'avoir observé une période d'abstinence de douze mois. Avant cette date, l'interdiction était absolue, décision prise par la FDA en 1983 au moment de la crise du sida. Face au lobbying de certains sénateurs américains (y compris les candidats à la primaire démocrate Bernie Sanders et Elizabeth Warren), de militants LGBT+ et d'organisations comme GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation, qui lutte contre les LGBTphobies dans les médias), l'administration a revu sa position.

La France aussi passe à quatre mois d'abstinence

Dans ses nouvelles règles publiées sur son site Internet jeudi 2 avril dans la matinée, la FDA indique que, désormais, elle recommande une abstinence sexuelle de trois mois seulement pour les hommes gays et bisexuels, tout comme pour les femmes qui ont eu des relations sexuelles avec des hommes bisexuels. La même durée recommandée s'applique désormais aux travailleurs du sexe et aux usagers de drogues. Si ces mesures sont prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, l'administration "espère que les recommandations énoncées dans ces nouvelles recommandations continueront de s'appliquer en dehors du contexte de l'urgence de santé publique actuelle".

À LIRE AUSSI : Don du sang : la période d’abstinence des homosexuels et bis ramenée d’un an à quatre mois

Dans un communiqué, GLAAD, qui avait lancé une pétition qui a rassemblé plus de 20 000 signatures, avec le soutien de personnalités publiques comme le chanteur Sam Smith, Chasten Buttigieg (le mari de Pete) ou la jeune députée Alexandria Ocasio-Cortez, a parlé d'une "victoire imparfaite". "En cette période particulièrement, il est plus important que jamais de prioriser les faits plutôt que la peur et les préjugés", a réagi sur Twitter Alphonso David, président d'Human Rights Campaign. Le même jour, jeudi 2 avril, de ce côté-ci de l'Atlantique, la réduction du délai d'abstinence pour les HSH en France de douze à quatre mois est entrée en vigueur, hasard de calendrier.

 

Crédit photo : Vegasjon/Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail