AssembléeLa réponse cinglante d'Olivier Véran à un député anti-PMA pour toutes

Par Antoine Patinet le 08/07/2020
Olivier Véran

Interrogé lors des questions au gouvernement sur la PMA pour toutes, le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran a défendu le texte avec force. Texte qu'il souhaite voir adopté "le plus tôt possible".

Après les nominations décriées du gouvernement, l'exécutif tente, semble-t-il, de rassurer. Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a pris la parole ce mercredi dans l'hémicycle pour défendre la PMA pour toutes. Le Premier ministre Jean Castex avait en effet annoncé plus tôt cette semaine que la session parlementaire prendrait fin le 31 juillet, pour que l'Assemblée puisse examiner le projet de loi bioéthique en deuxième lecture. Et pour les députés opposés au texte, voir leurs vacances décalées semble être un problème.

Priorité du gouvernement

C'est apparemment le cas de Patrick Hetzel, député Les Républicains de la 7ème circonscription du Bas-Rhin, qui, à l'occasion des questions au gouvernement, a interrogé Olivier Véran sur le vote de la PMA pour toutes les femmes. "Alors que la France n'est pas encore sortie de la crise du coronavirus (...) on pourrait penser que la reconstruction économique, écologique et solidaire, annoncée officiellement par le Président de la République se traduirait par de premières mesures destinées à corriger ce qui semblait le plus évident."

"Or le nouveau calendrier parlementaire que vous venez de nous proposer, révèle que pour vous la priorité, c'est le vote en urgence et en catimini de la seconde lecture du projet de loi bioéthique, le tout en supprimant le vote solennel initialement prévu" assène le député de droite, qui appelle à "débattre de cette question qui appelle à l'intime ultérieurement". Evidemment, tout cela dans un "souci d'apaisement".

Réponse cinglante

Et Olivier Véran ne semble que peu goûter à l'argumentation de Patrick Hetzel : "M. Hetzel, appelez un chat un chat. Dîtes que vous êtes contre la possibilité que nous voulons donner aux couples de femmes et aux femmes seules de pouvoir avoir des enfants et une famille. Utilisez des arguments de fond M. Hetzel", ironise le ministre, dans le brouhaha. "Ce texte a déjà plus d'un an, c'est un catimini un peu long. Ensuite, ce n'est que la deuxième et non pas la dernière lecture, ensuite parce que la commission spéciale a fait un formidable travail, en adoptant le texte dans le temps imparti, et parce qu'il y a des attentes sociétales qui sont nombreuses."

"Ce sont des avancées sociales qui sont importantes, également pour la médecine, pour la recherche dans notre pays, pour les enfants qui sont en recherche de filiation, continue-t-il avec ardeur. Et pour cette belle avancée sociétale que moi, à titre de ministre des Solidarités et de la Santé, je prône depuis un certain nombre d'années et que je suis très fier que notre gouvernement porte. A savoir l'autorisation de considérer l'évolution des familles comme une évolution sociétale saine, sereine, normale. Le débat va suivre son cours et je l'espère, le plus tôt possible !" 

Cette réponse vive du ministre de la Santé rassure (un peu) après l'annonce du nouveau gouvernement qui a fait grincer des dents de nombreuses femmes et personnes LGBTQI+. En effet, le nouveau ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, est accusé de viol, et plusieurs de ses tweets anti-mariage pour tous ont été exhumés. Par ailleurs, le nouveau ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, est également sous le feu des critiques après plusieurs déclarations contre le mouvement #MeToo. Ce dernier a toutefois annoncé qu'il défendrait la PMA "avec détermination" lors de l'examen du texte en deuxième lecture. Selon nos informations, si l'examen se tiendra bien en juillet, le vote de la loi bioéthique se fera en septembre.

A LIRE AUSSI : Ce qu'on peut attendre du retour de la loi bioéthique à l'Assemblée Nationale