Anne HidalgoL'Inter-LGBT fustige le soutien d'Anne Hidalgo à une place Claude Goasguen

Par Nicolas Scheffer le 15/04/2021
Inter-LGBT

L'Inter-LGBT fustige Anne Hidalgo qui a voté en faveur de la dénomination d'une place à Claude Goasguen. L'ancien maire du XVIème arrondissement est connu pour ses positions LGTBphobes.

C'est un voeu qui ne passe pas. L'Inter-LGBT a interpellé ce jeudi 15 avril la maire de Paris, Anne Hidalgo après le vote d'une place en l'hommage à Claude Goasguen, maire du 16ème arrondissement de Paris connu pour ses positions LGBTphobes, le 10 mars dernier.

"Cela nous paraissait inenvisageable, mais le Conseil de Paris et vous-même, Madame Hidalgo, l’avez fait !", écrit le collectif d'associations LGBTQI+ dans une lettre ouverte à la maire de Paris. "Comment pouvez-vous proclamer les diversités dans la Ville de Paris et lutter contre les discriminations tout en votant pour la création d’une place Claude Goasguen dans le XVIème arrondissement ?", demandent les militants.

Une jeunesse trouble

L'Inter-LGBT rappelle que cette dénomination d'une place va à l'encontre des règles d'urbanisme qui invitent à attendre cinq ans avant de proposer le nom d'une personne décédée. "Quelle urgence à glorifier dans l'espace public les LGBTphobies, le racisme et le sexisme ?", écrit l'inter-LGBT.

À LIRE AUSSI : Paris veut donner un nom de rue à Claude Goasguen, farouche opposant aux droits des LGBT+

Pas besoin de rappeler que M. Claude Goasguen, au-delà de sa jeunesse proche d’organisation des groupes d’extrêmes droites (Occident et Ordre Nouveau) a durant sa vie politique, assumé, revendiqué et porté haut ces convictions, racistes, sexistes, transphobes, homophobes, sérophobes et qu’il se vantait de ne rater aucune manifestation 'anti-LGBT'. Bon nombre de collectifs se sont élevés contre lui, allant jusqu’à des dépôts de plaintes", rappellent les militants LGBTQI+.

À LIRE AUSSI : La ville de Paris va mettre en place un plan de réduction des risques liés au chemsex

Une décision "humiliante"

L'Inter-LGBT indique que "cette décision est choquante, humiliante et insultante envers de nombreux·ses militant·e·s et organisations qui luttent pour la défense de valeurs humanistes, d’inclusions et des droits humains". L'Inter rappelle que 82 élus ont voté en faveur du baptême de la place Claude Goasguen, dont Anne Hidalgo. Alors que l'élue lesbienne Alice Coffin (EELV) s'est insurgée contre cette décision, elle a été insultée par Francis Szpiner. "Il existe une sorte d'homme qui sont toujours en avance sur leurs excréments", a-t-il dit à son adresse citant René Char.

À LIRE AUSSI : Quand la tête de liste LREM dans le 16e à Paris fustigeait les « lobbies pro-PMA/GPA »

"Madame Hidalgo, vous critiquiez pendant cette même campagne la présence d’opposant·e·s au mariage pour tous et à la PMA sur certaines listes et vous disiez 'Cela m’inquiète beaucoup (…) c’est difficile d’être progressiste et d’avoir été anti-PMA ou anti-mariage. Ce cynisme ne ressemble pas à Paris'. Et pourtant votre majorité vote délibérément ou par son absence pour la glorification d’un homme politique qui s’opposait également à un lieu d’accueil des SDF ou de construction de logements sociaux dans 'son' arrondissement doré, qui écrivait sans aucune retenue qu’il y a 'un problème avec les maghrébins' le 15 septembre 2016 sur Twitter, relent de l’Algérie française", dit l'Inter-LGBT avant de demander l'abandon du projet.

 

Crédit photo : Wikimedia Commons