Etats-UnisÀ New York, la marche des Fiertés exclut la police du défilé

Par Nicolas Scheffer le 19/05/2021
pride New York

Les organisateurs de la Pride de New York refusent que les forces de l'ordre défilent lors de la marche, considérant que la communauté est trop souvent menacée par des attitudes hostiles de policiers.

Alors que les policiers manifestent ce mercredi 19 mai à Paris pour dénoncer les violences qu'ils subissent, l'ambiance est tout autre dans les rues de New York. "Heritage of Pride", l'association qui y organise la Marche des Fiertés, a annoncé dans un communiqué que les forces de l'ordre ne seront pas autorisés à y défiler jusqu'en 2025 au moins. Cette interdiction concerne également la Gay Officers Action League, l'asso LGBTQI+ des forces de l'ordre.

Les organisateurs demandent également à ce que la police new-yorkaise se tienne éloignée des différents événements autour de la marche. Pour en assurer la protection, Heritage of Pride compte se rapprocher de compagnies de sécurité privées, pour ne faire appel à la police qu'en cas d'urgence. “Au lieu d’apporter un sentiment de sécurité, les forces de l’ordre peuvent être menaçantes et parfois dangereuses pour ceux qui, au sein de notre communauté, sont souvent la cible d’une violence excessive ou sans raison”, cingle l’association. 

Une confrontation de longue date

Plusieurs villes américaines ont pris de telles décisions, rappelant qu'en 1969, les émeutes de Stonewall opposaient déjà les personnes LGBTQI+ et la police. En 2019, la police new-yorkaise a admis que les opérations contre le bar de Stonewall étaient "une erreur - tout simplement". Il faudra ensuite attendre 1996 pour que des policiers gay puissent participer à la marche en uniforme.

LIRE AUSSI : Patrick O’Connell, créateur du ruban rouge, est mort

Depuis la mort à Minneapolis de George Floyd, étouffé par un policier, les appels à exclure les forces de l'ordre de la Marche se sont faites de plus en plus pressantes de la part de personnes transgenres, noires et latinos. Des communautés qui se sentent en insécurité aux côtés de forces de l'ordre qui les ciblent trop souvent, rapporte le New York Times.

"L'idée d'exclure la police est dépitante et va à l'encontre des valeurs d'inclusion et de tolérance. Ceci étant dit, nous serons toujours là pour permettre la sécurité de cet événement compliqué à protéger", a réagi pour le quotidien américain Jessica McRorie, porte-parole de la police new-yorkaise. Dans un communiqué, la Gay Officiers Action League déplore une décision "honteuse" et un "face-à-face abrupt".

LIRE AUSSI : À New York, un parc rendra hommage à la militante noire et trans Marsha P. Johnson

Crédit photo : Wikimedia Commons / debsaslaw