facebook

Olivier Véran dans TÊTU : « Les enfants nés de GPA ne sont pas malheureux »

Olivier Véran dans son bureau au Ministère de la Santé, le 10/05/2021

Depuis son arrivée au ministère de la Santé, Olivier Véran a été accusé de délaisser les sujets LGBTQI+. PMA pour toutes, chemsex, VIH, parcours de transition... les attentes ne manquent pas. Alors que la loi bioéthique arrive sans sa phase finale, le ministre défend son bilan, marqué par le Covid-19.

En arrivant au ministère de la santé en février 2020 – en remplacement d’Agnès Buzyn –, Olivier Véran n’a pas pris le temps de changer les tableaux de son bureau, comme le veut la tradition, et a choisi "une croûte" presque au hasard dans le catalogue du mobilier national. Pourtant, lorsqu’il déboule dans son bureau, où nous l’attendons, le ministre ne semble pas accablé par un an de gestion de crise sanitaire et s’autorise même une blague sur le succès, au sein de la communauté, de la photographie de sa vaccination.

>> L'interview du ministre est dans le numéro d'été 2021 de TÊTU >>

Blagueur et détendu, on en oublierait presque que l’épidémie de coronavirus a mis à mal de nombreux sujets LGBTQI+. La PMA pour toutes ? En retard. La lutte contre le VIH ? En berne. Le chemsex ? Il explose. Quatre ans après l’élection d’Emmanuel Macron, le gouvernement peine à convaincre. Mais Olivier Véran y croit. "On va se donner les moyens", répète-t-il comme un mantra.

L’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, n’est toujours pas votée. Que dites-vous à toutes ces femmes qui attendent depuis si longtemps ?...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail