festivalKoba LaD reprogrammé au festival We Love Green malgré ses propos homophobes

Par Florian Ques le 19/07/2021
koba lad

Après ses multiples dérapages suintant l'homophobie sur les réseaux sociaux, le rappeur Koba LaD s'était vu déprogrammé par de nombreux festivals en février 2020. Mais voilà que We Love Green vient de l'annoncer dans son édition 2021...

Il faut croire qu'il suffit d'une année de crise sanitaire pour pardonner des propos homophobes. C'est en tout cas ce que nous invite à croire We Love Green, tandis que le festival parisien vient de reprogrammer Koba LaD pour sa prochaine édition à la rentrée. Le jeune rappeur se produira bien sur scène le dimanche 12 septembre, comme le confirme le site officiel du festival. Une annonce qui a réjoui ses fans… mais qui a laissé des internautes dubitatifs face à la précédente position anti-homophobie de l'événement.

Un enchaînement de propos homophobes

Petit flashback. En février 2020, Koba LaD publie une story Snapchat, sur laquelle on peut voir une capture d'écran d'un article rapportant le meurtre d'un ado américain par son père car il était homosexuel. Sous la capture, on voyait ces deux mots : "bien joué". Alors que beaucoup l'ont vite accusé de promouvoir l'infanticide à caractère homophobe, le rappeur a tenté de s'excuser. Mais, au lieu de ça, il a empiré les choses. "Je cautionne pas le meurtre, après l'enfant gay franchement… Chacun pour soi et Dieu pour tous", a-t-il déclaré dans une vidéo face caméra. Il avait alors une nouvelle fois demandé pardon, signalant bien qu'il était "contre l'homophobie" et qu'il avait "agi sans réfléchir". Niveau excuses, autant dire qu'on a connu mieux !

En conséquence, et sous la pression d'internautes LGBTQI+ et alliés, une foultitude de festivals avaient pris l'initiative de retirer Koba LaD de leur line-up. Parmi les concernés : Garorock à Marmande, le VYV Festival à Dijon, le Main Square Festival à Arras… et We Love Green à Paris. Mais il faut vraisemblablement croire que ce dernier festival est revenu sur sa décision. Ou bien que, après un an et demi de crise sanitaire, il était temps de pardonner le rappeur pour ses propos au mieux maladroits, au pire dangereux. A chacun de savoir ce qu'il en pense.

LIRE AUSSI >> VIDÉO. Trois mois après ses dérapages homophobes, le rappeur Koba LaD « condamne l’homophobie »

LIRE AUSSI >> Agression homophobe en Corse : ce que l’on sait

Crédit photo : Koba LaD via Instagram