administrationNeuf ans après le mariage pour tous, l'état civil devrait enfin inclure toutes les familles

Par Nicolas Scheffer le 15/11/2021

Marlène Schiappa, ministre en charge de la Citoyenneté a annoncé que les formulaire d'état civil devraient ne plus porter automatiquement la mention "père" et "mère" en mars 2022.

En mars 2022. Neuf ans après l'adoption du mariage pour tous, les formulaires d'état civil devraient inclure les familles homoparentales. À l'occasion des 20 ans de l'association Flag!, ce vendredi 12 novembre, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa a annoncé que les formulaires pour changer de passeport ou de carte d'identité ne porteront plus automatiquement la mention "père" et "mère".

À lire aussi : « Nous avons été des enfants désirés ! », quand les enfants de mères lesbiennes prennent la parole

Désormais, sur le web comme sur les formulaires papier, le requérant aura "une case à cocher pour préciser s'il s'agit du père ou de la mère", indique Marlène Schiappa citée par l'AFP. "Cela permettra d'indiquer, quand c'est le cas, que vous avez deux mamans ou deux papas, ou que vous êtres deux mamans ou deux papas", a-t-elle ajouté. Selon elle, "permettre à toutes les familles d'être considérées est une priorité du gouvernement".

Priorité qui prendra donc effet en mars 2022, un mois avant l'élection présidentielle, alors que les associations de familles homoparentales interpellent le gouvernement depuis de nombreuses années. "On salue cette décision de qu'on attendait depuis longtemps. On regrette simplement que ce changement intervienne en 2022", pointe Alexandre Urwicz, président de l'ADFH (association des familles homoparentales), cité par la même source. Jusqu'à présent, le ministère de l'Intérieur n'avait "pas fait d'adaptation de ses formulaires administratifs", obligeant "à rayer des mentions père ou mère", rappelle Alexandre Urwicz.

Quatre villes ont adapté leur état civil

"Nous ne devrions pas avoir besoin de dépenser de l'énergie pour demander que les formulaires administratifs correspondent à la réalité. Ce sujet devrait être réglé rapidement : c'est pourtant facile de mettre en place un menu déroulant où la personne indique si c'est un père ou une mère", regrettait-il en janvier auprès de TÊTU.

Certaines villes ont pris les devants en adaptant leur état civil avant le ministère. Sur les 20 plus grandes villes de France, quatre ont adapté les formulaires : Paris, Strasbourg, Saint-Etienne ou Villeurbanne - à Marseille, la mairie a également indiqué être en cours d'adaptation. L'ADFH a même remarqué que certaines villes demandent également le "nom de jeune fille" des femmes, alors que l'expression a été abandonnée de l'administration en 2012.

À l'école, ce n'est pas plus simple. De nombreux formulaires demandent la signature du "père" et de la "mère", reproduisant auprès des enfants une vision hétéronormée des familles. Damien, le père d'Élie, trois ans témoignait, devoir être une "mère" dans les documents de rentée. "C'est assez ridicule, le document met particulièrement en avant le rôle de la mère. Il véhicule une image dépassée de la parentalité, notamment auprès des enfants", racontait-il en septembre 2020. La loi prévoit pourtant que les parents choisissent entre les termes "père" et "mère" depuis la rentrée 2019.

À lire aussi : La CAF du Haut-Rhin refuse une prime de naissance à un couple gay

Crédit photo : Vitolda Klein / Unsplash