homophobieMeta (Facebook, Insta) et TikTok condamnés en Russie pour "propagande" LGBT

Par têtu· le 26/04/2022
Vladimir Poutine a décidé de déclencher la guerre en Ukraine

La Russie de Vladimir Poutine continue de s'enfoncer sur la scène internationale au plan des droits humains en condamnant ouvertement les réseaux sociaux de Meta (Facebook, Instagram) et TikTok au nom de l'absurde et dangereuse loi anti-"propagande LGBT" instaurée en 2013.

Rien n'arrête la LGBTphobie de l'État russe sous Vladimir Poutine, pas même la peur du ridicule. Ainsi le système judiciaire russe a-t-il condamné ce mardi 26 avril deux géants mondiaux du numérique, l'Américain Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) et le Chinois TikTok à des amendes pour n'avoir pas supprimé des publications LGBT, qui tombent sous le coup de la loi contre la "propagande LGBT" qu'avait fait adopter Vladimir Poutine en 2013.

À lire aussi : "Les LGBTQI+ sont très vulnérables en Ukraine face au régime homophobe de Poutine"

Le tribunal moscovite de Taganski a d'abord condamné Meta, maison-mère des réseaux sociaux Facebook et Instagram, à quatre millions de roubles d'amende (environ 50.000 euros au taux actuel), rapporte l'Agence France-Presse (AFP) relayant les agences de presse russes. Dans une autre audience, le tribunal Mirovoï de Moscou a condamné la plateforme TikTok, filiale du groupe chinois ByteDance, à une amende de deux millions de roubles pour la même raison.

Poutine, leader mondial de la LGBTphobie d'Etat

Régulièrement, les grandes entreprises du numérique sont accusées en Russie de ne pas effacer des contenus jugés dangereux pour les mineurs ou liés à l'opposition, et condamnées à des amendes. Une pression qui s'est encore accrue depuis le début de l'invasion militaire russe de l'Ukraine avec la fermeture de nombreux sites indépendants et de l'opposition. En mars, les autorités russes ont également interdit Facebook et Instagram pour "extrémisme".

La loi adoptée en 2013 en Russie prétexte la protection des mineurs pour interdire la "propagande" LGBT, raisonnement qui a depuis lors essaimé ailleurs dans le monde : dans la Hongrie de Viktor Orbán qui a adopté une loi similaire l'été dernier, aux conservateurs américains qui multiplient ces derniers mois les législations anti-gay, jusqu'en France où ces politiques d'homophobie d'État ont reçu le soutien de Marine Le Pen et d'Éric Zemmour, ce dernier ayant même repris dans sa campagne présidentielle la proposition d'une loi… contre la "propagande LGBT" à l'école.

À lire aussi : De Poutine à l'extrême droite française : le vrai lobby LGBTphobe

Crédit photo : capture d'écran YouTube