SantéMonkeypox : où se faire vacciner contre la variole du singe en Île-de-France ?

Par Nicolas Scheffer le 08/07/2022
monkeypox,variole du singe,vaccin,santé,vaccination,variole infos,monkeypox infos,infos pratiques

Après le feu vert de la Haute autorité de santé, les hommes gays et bi, les personnes trans multipartenaires et les TDS peuvent recevoir le vaccin contre la variole du singe (monkeypox) dans 17 centres d'Île-de-France. Mais où, à partir de quand et comment prendre rendez-vous ? Réponses.

La Haute autorité de santé (HAS) a donné son feu vert, vendredi 8 juillet, pour que les personnes les plus exposées à la variole du singe puissent se faire vacciner. Au 12 juillet, dix-sept centres, exclusivement en Île-de-France (qui concentre 65% des cas confirmés dans le pays), sont ouverts, mais la direction générale de la santé (DGS) a annoncé que d'autres devraient ouvrir par la suite dans toute la France. Certains CeGIDD, des centres de vaccination internationale et des centres de santé pourraient ainsi être mis à contribution dans les prochains jours.

À lire aussi : Variole du singe : feu vert pour la vaccination préventive des gays et bi multipartenaires

Pour l'heure, se faire vacciner relève – têtu· a pu en faire l'expérience – du parcours du combattant. Les coordonnées des services de vaccination disponibles sur le site de l'Agence régionale de santé sont régulièrement erronées – l'ARS Île-de-France a promis d'y remédier rapidement. Par ailleurs, plusieurs hôpitaux contactés par têtu· ne disposent pas d'un stock de doses permettant d'ouvrir la vaccination. Ainsi, par exemple à Saint-Antoine (Paris) le vendredi 8 juillet, il n'y avait pas de créneau disponible avant le 26 juillet.

Pour vous aider à trouver votre dose, têtu· a rassemblé ci-dessous les informations disponibles. N'hésitez pas à nous remonter celles dont vous disposez à l'adresse contact@tetu.com avec "monkeypox" en objet. Nous mettons régulièrement cet article à jour, notamment grâce à vos contributions.

À lire aussi : Que faire en cas de symptôme de la variole du singe ? Les infos sur la conduite à tenir

Où se faire vacciner contre le monkeypox en Île-de-France ?

Au 12 juillet, dix-sept centres de santé et hôpitaux proposent la vaccination contre la variole du singe en Île-de-France. Dans tous ces centres, les doses de vaccin arrivent au compte-goutte avec actuellement beaucoup plus de demandes que de doses disponibles. Il faut donc s'armer de patience pour en obtenir une. Contactée par têtu·, la DGS promet que les doses sont en stock suffisant et que la situation plutôt chaotique devrait se résorber dans les jours à venir. Pour l'heure, certains établissements vaccinent en priorité les cas contacts et/ou les personnes les plus exposées, notamment immunodéprimées.

Les créneaux de vaccination de l'hôpital Bichat et de l'Hôtel-Dieu se réservent sur Doctolib. La Pitié Salpêtrière a ouvert une adresse mail dédiée : vaccimkp.psl@aphp.fr, mais il semble que l'hôpital ne soit pas en mesure d'y répondre. Le secrétariat du centre de vaccination est joignable au 01 84 82 79 32. À Saint-Antoine, qui vaccine du mardi au vendredi, les prises de rendez-vous se font à l'adresse : mkp.sat@aphp.fr. Des consultations spécialisées contre la variole du singe y sont ouvertes du lundi au vendredi de 9h à 17h. En revanche, plus de 600 demandes sont actuellement en attente...

À lire aussi : "Je plains ceux qui seront contaminés" : un malade du monkeypox raconte son calvaire

L'hôpital Saint-Louis est également habilité à vacciner contre la variole du singe. Comme les autres établissements, les doses y sont limitées. Le secrétariat est joignable au 01 42 49 46 83. Celui de Lariboisière est disponible au 01 49 95 63 39. Dans les Hauts-de-Seine (92), l'hôpital Raymond-Poincarré propose une consultation du lundi au vendredi de 9h à 16h ; prendre contact à mnkpx.rpc@aphp.fr. En Seine-Saint Denis, l'hôpital Avicennes est disponible à l'adresse suivante : monkeypox.avc@aphp.fr.

De nouveaux centres proposent la vaccination contre la variole : le groupe hospitalier de Melun en Seine-et-Marne (77), celui de Corbeil en Essonne (91) et l'hôpital Mignot à Versailles dans les Yvelines (78).

Plusieurs CeGIDD ouvrent également la vaccination progressivement. Attention, priorité est faite à leurs patients et aux cas contacts : il s'agit de celui de l'Hôtel Dieu, le CeGIDD Ridder, celui de Belleville, et le Kiosque. Ainsi que les centres de vaccination internationale Louis Pasteur et Alfred Fournier (dont la date d'ouverture à la variole n'est pas encore précisée). Le centre de santé Chemin vert, à Paris, propose également la vaccination sur rendez-vous.

Quand se faire vacciner ?

Les cas contacts sont autorisés depuis plusieurs semaines à se faire vacciner. Idéalement, l'injection doit être réalisée quatre jours après le contact et, au plus tard, 14 jours après ce contact.

Depuis le 11 juillet, la vaccination est ouverte aux personnes les plus exposées au virus, c'est-à-dire les HSH (les gays et les bi) multipartenaires, mais aussi les personnes trans multipartenaires, les travailleur·ses du sexe (TDS) ainsi que les professionnels des "lieux de consommation sexuelle", selon le vocable de la Haute autorité de santé.

Aura-t-on assez de doses de vaccin ?

C'est la question que tout le monde se pose… sans qu'on ait la réponse à ce stade. Questionnée à ce propos, la DGS a rappelé que le niveau du stock de vaccins, organisé par l'armée, est classé secret-défense. Mais la DGS s'est voulue rassurante : "On fera en sorte qu'il y ait le nombre de vaccins nécessaires", a déclaré le Pr. Jérôme Salomon lors de son premier point avec la presse sur le monkeypox vendredi 8 juillet. Environ 110.000 vaccins ont été commandés par l'Union européenne, mais la France n'a pas demandé à être bénéficiaire de ce stock supplémentaire. La Belgique, l'Espagne et le Portugal ont fait des demandes pour disposer des doses du contingent européen.

Que sait-on du vaccin ?

Pour la majorité des personnes, deux doses du vaccin Imvanex ou Jynneos, de troisième génération contre la variole, sont nécessaires à 28 jours d'intervalle. Une dose suffit aux personnes qui ont déjà été vaccinées par le passé. Mais trois doses sont recommandées pour les personnes immunodéprimées, même déjà vaccinées. Le plus fréquemment, le seul effet indésirable est une réaction localisée autour de la piqûre. Le vaccin est connu des autorités et dispose d'une autorisation européenne depuis 2013. Au 8 juillet, 425 personnes ont reçu au moins une dose contre le monkeypox.

À lire aussi : "Comme des lames de rasoir dans l’anus" : quand la variole du singe fait (très) mal

>> À noter : une ligne téléphonique d'information doit ouvrir à partir du mercredi 13 juillet.
Elle devrait être disponible au 0.801.90.80.69

Crédit : Unsplash