Poppers : 10 choses à savoir avant d’abuser de la fiole magique
Santé/Forme

Poppers : 10 choses à savoir avant d’abuser de la fiole magique


C’est la petite bouteille qui nous fait planer, dont on abuse parfois dans les soirées dansantes ou lors de folles nuits d’amour… Mais ce poppers qui nous éclate, cet inconnu, est-il si innocent ?

 

C’est quoi, le poppers ?

Le poppers est un vasodilatateur (qui dilate les vaisseaux sanguins), initialement utilisé en médecine pour le traitement de certaines maladies cardiaques. Les ampoules contenant ces substances produisaient à l’ouverture un bruit (pop) qui a donné le nom au produit. Les principaux effets annexes observés étaient de l’euphorie et un sentiment de relaxation, qui furent détournés pour être utilisés lors de rapports sexuels entre individus, pour un usage dit « récréatif » en opposition avec son usage médical…

Inventé en 1844 par le chimiste français Antoine-Jérôme Balard qui synthétise le nitrite d’amyle, il est utilisé pendant le 19e siècle pour guérir les angines de poitrines. Dès les années 1970, le poppers circule d’abord dans les milieux homosexuels pour ses effets sur la sexualité : augmentation de la durée de l’érection, amplification des contractions orgasmiques, retard de l’éjaculation.

A l’arrivé du sida, début des années 80, on accuse un temps le poppers d’être responsable du syndrome du Kaposi (des tâches brunâtres que l’on voyait sur les premières personnes séropositives), mais aucune preuve n’a jamais été apportée. On est maintenant sûr que cela n’a rien à voir avec le VIH, et que son usage ne permet pas la transmission des IST.

Son utilisation s’est ensuite répandue chez tous les jeunes, qui recherche davantage les effets euphorisants que des effets sur la sexualité. À 17 ans, un jeune sur dix en aurait déjà sniffé au moins une fois. Ensuite quelque 3% des 18-25 ans, s’installe dans la consommation selon les chiffres de l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT), soit trois fois plus que la moyenne.

 

Ça fait quoi, en fait?

Une inspiration dans chaque narine (l’odeur peut paraître très chimique de prime abord), puis l’impression de s’envoler, de défaillir, de vivre un moment très fort (d’où son utilisation pendant le sexe), le corps vibre et se dilate (y compris l’anus) pendant que le cerveau se compresse, il fait très chaud pendant deux minutes. Et après, plus rien. Chacun réagit différemment à l’euphorie provoquée en fonction du contexte : rires aux éclats, sensation de vivre la musique, augmentation de l’excitation et de l’énergie sexuelle…

SAG Awards lol dolly parton sag awards 2017 9 to 5

Est-ce légal ?

Le poppers est légal en France en 2017. Son usage et sa vente sont autorisés. Ça n’a pas toujours été le cas : interdits à la vente en France le 26 mars 1990, l’ex-Premier ministre François Fillon a tenté en 2007 d’en interdire la fabrication, l’importation, l’exportation, l’offre, la détention en vue de la vente ou de la distribution à titre gratuit, la mise en vente – mais le Conseil d’État en a décidé autrement. Malgré la tentative en 2011 de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie de faire de même, le Conseil d’État a annulé un décret allant dans ce sens le 3 juin 2013.

Pour autant, ces petites fioles discrètes ont toujours été disponibles à la vente sur internet, ou dans les sex-shops ou sauna gays.

 

Où est-ce illégal ?

C’est un produit interdit depuis le 11 juillet 2014 au Canada. Après avoir voulu en interdire la vente en janvier 2016, le Royaume-Uni a été forcé de revenir sur sa décision après s’être fait retoquer par l’observatoire des drogues anglais. 

SAG Awards excited yes victory taraji p henson

Par où ?

La seule voie d’utilisation du poppers est l’inhalation de ses vapeurs par le nez et parfois par la bouche (mais c’est rare).

L’utilisation préconisée par les fabricants est de laisser ouvert le flacon dans une pièce propre, bien aérée et sèche, et de laisser se diffuser les effets dans l’air ambiant. C’est du moins ce qu’ils affichent sur l’étiquette, probablement pour ne pas être la cible de procès en cas de conséquences médicales suite à une inhalation trop poussée.

Il existe une technique qui consiste en plongeant la cigarette dans le poppers et d’en tirer une taffe : ATTENTION, le produit est inflammable et potentiellement explosif au contact du feu. Faites donc attention aux cigarettes ou autres produits qui se fument.

Il ne faut surtout pas boire de poppers ! Cela pourrait créer des dommages irréversibles sur vos voies ORL.

L’administration par voie anale peut-être toute aussi dangereuse. Enflammer les muqueuses peut engendrer de graves lésions, des portes d’entrées aux IST dont le VIH.

 

Est-ce que ça se mange ?

La recette des Jalapenos Poppers n’a absolument rien à voir avec les petites fioles euphorisantes, même si le piment fourré va certainement vous donner des sueurs et vous dilater un peu l’anus…

Quels sont les risques ?

Lors d’un usage occasionnel : vertiges, maux de tête, étourdissements, transpiration, rougeurs de la peau, irritation des yeux, sensibilité à la lumière, baisse de la tension artérielle, brûlure des narines.

  • Consultez rapidement les urgences en cas de symptômes, qui peuvent s’installer et sont parfois longs à disparaître.

Lors d’un usage régulier : éternuements, écoulement nasal et inflammation des muqueuses nasales, problèmes cutanés : éruptions, croûtes autour du nez ou de la bouche (par brûlures).

A forte dose, le poppers peut :

  • Provoquer une dépression respiratoire
  • Endommager les cloisons nasales
  • Provoquer des anémies graves (fatigue due à la baisse de la capacité des globules rouges à fixer l’oxygène)
  • Provoquer des problèmes passagers d’érection (C’est un comble mais puisque ça dilate les vaisseaux, ça peut empêcher l’érection…)
  • Provoquer des rougeurs et des gonflements du visage
  • Faire apparaître des croûtes jaunâtres autour du nez et des lèvres.

SAG Awards westworld red carpet sag awards 2017 angela sarafyan

Et quand ça dérape ?

Certains poppers très concentrés provoquent des vertiges violents, voire des malaises.

En cas de surdosage, il se peut que vous ayez ces symptômes : diarrhée, crampes abdominales, maux de tête violents, vertiges, évanouissement (chute possible), altération de la vue (réversible), convulsions (rares), déficit d’apport en oxygène dans l’organisme qui peut, dans certains cas exceptionnels et rares, être fatal.

 

Peut-on devenir accro ?

Non, le poppers ne provoque pas de dépendance. L’arrêt n’entraîne pas de syndrome de sevrage.

SAG Awards reaction fight confused stranger things

Quelles précautions prendre ?

Toute consommation expose cependant à des risques. Il est toujours préférable de s’abstenir, en tout cas de reporter la consommation, quand on se sent fatigué, stressé, mal ou qu’on éprouve de l’appréhension. Il est également préférable de consommer avec des gens de confiance, dans un contexte rassurant.

Cependant, il faut faire attention :

  • Ne pas multiplier les inhalations dans un court laps de temps (risque de surdose)
  • En cas de mal de tête et/ou de vertige, cesser l’inhalation et aller respirer de l’air frais
  • Ne jamais utiliser de poppers près d’une flamme. Le produit est inflammable
  • Éviter le contact du liquide avec les muqueuses, en particulier le nez, la bouche et les yeux. Cela peut provoquer des brûlures par dessèchement de la peau
  • Le mélange de l’alcool et du poppers favorise les maux de tête, les vertiges et les évanouissements
  • Il est déconseillé d’utiliser des poppers en association avec du Viagra®
  • Ne pas prendre de poppers lorsqu’on conduit un véhicule
  • En favorisant une certaine excitation sexuelle, la prise de poppers peut aussi favoriser la prise de risque. Penser à ne pas oublier les préservatifs au moment Q… Ou de pallier à ces oublis avec la PrEP…

 

EN CAS DE SOUCI : http://www.drogues-info-service.fr/

0800 23 13 13, de 8h à 21h, appel gratuit depuis un poste fixe.

 

 

 

 

ads