Sexisme : lettre ouverte à nos camarades militants gays

TRIBUNE. Huit femmes lancent un appel pour mettre fin au sexisme au sein de la communauté LGBT, et notamment dans les associations.

"Nous sommes des femmes, engagées, impliquées pour les droits, les libertés et la visibilité des LGBT+, particulièrement des femmes et des lesbiennes, en France et en Europe. Pour certaines d’entre nous, nous sommes ou avons été les premières femmes présidentes et/ou porte-paroles, militantes engagées au sein d’organismes LGBT+.

Nous souhaitons par cette tribune faire part d’un ras le bol. Le ras le bol du sexisme et de la misogynie ordinaires régnant dans le milieu LGBT, autant que dans notre société en général. Être une femme dans le milieu LGBT c’est être confrontée à une double peine. Loin de nous l’idée de hiérarchiser les minorités mais force est de constater que notre double discrimination, femme et homosexuelle, ne semble pas véritablement être intégrée par un certain nombre de gays, malgré quelques discours de façade !

Les femmes exclues des décisions

A notre combat pour les droits des personnes LGBT s’ajoute aujourd’hui le besoin de défendre nos droits comme femmes au sein même de notre communauté.

Refoulées par un physio car « trop féminines » (sic), démission d’adhérents « ne voulant pas être dirigés par une femme » (re sic), brimades, paroles coupées, blagues graveleuses, nous avons toutes assisté à ou vécu des scènes ahurissantes nous rappelant qu’au-delà d’être gays vous êtes des hommes avant tout.

Alors que les femmes s’émancipent, que le monde semble prendre conscience et la mesure du phénomène « me too », la communauté gay n’a pas, dans son ensemble, remis en question les comportements virilistes du machisme et de l’avidité du pouvoir et de reconnaissance. En ce sens elle reproduit les comportements conscients ou inconscients de ses homologues hétérosexuels. Cela se double d’un entre soi et d’une endogamie, les militants gays se retrouvant dans leurs espaces de loisirs et de sortie, parfois aussi après nos réunions, ce qui entretient une fraternité masculine, excluant de fait les femmes de nombres de décisions.

Les lesbiennes ne sont pas vos ennemies

Messieurs, ne vous trompez pas de combats, les lesbiennes ne sont pas vos ennemies. Sachez faire de la place, et pour cela sachez même rester à votre place.

Nous pensons par exemple au débat sur l’extension de la PMA à toutes les femmes. Combien de lesbiennes, combien de personnes concernées, dans les médias, dans des réunions et auditions politiques pour parler de nos grossesses, de nos corps, de nos familles ? Très, trop peu !
Comment pensez-vous pouvoir parler, parfois de manière contradictoire, à la place des femmes concernées, dont les aspirations peuvent être différentes et sont seules légitimes pour en apporter toutes les nuances ?

De manière générale comment se comportent trop de gays dans le cadre de discussions, réunions, conseils d’administration d’associations LGBT ? En monopolisant la parole, parfois en reprenant des propos énoncés par des femmes pour les reformuler, sous l’approbation d’autres gays présents. Beaucoup reproduisent les comportements sexistes, héritage de l’éducation reçue où l’homme est toujours valorisé et poussé en avant par l’entourage familial et l’environnement social.

Ce constat partagé par les associations qui luttent contre l’inégalité entre les femmes et les hommes et le sexisme est le nôtre et doit être le vôtre, en agissant comme les fondateurs de #jamaissanselles ont su le faire.

La question de la sous-représentation des lesbiennes dans la gouvernance des associations mixtes LGBT+ pour plusieurs raisons doit amener les CA à s’interroger sur les causes et la manière d’y répondre." 

 

Catherine MICHAUD - Catherine TRIPON - Aurélie NICOLAS - Marie-Claude PICARDAT - Emmanuelle CAMPO - Emilie DURET - Flora BOLTER - Aurore FOURSY

 

A LIRE AUSSI : 10 lesbiennes françaises qui comptent 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail