Fonds mondial : l’objectif des 14 milliards de dollars (presque) atteint

Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi 10 octobre que la France allait augmenter de 20% sa contribution à la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose.

L’annonce a été faite ce jeudi 10 octobre au centre de congrès de Lyon. A l’occasion de la 6e conférence de restitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Emmanuel Macron avait annoncé dans la matinée que la France allait augmenter de 15% sa contribution sur trois ans.

Mais un peu plus tard dans la journée, aux alentours de 14h45, il a repris la parole pour assuré qu’elle serait en fait de 20%. La contribution actuelle de la France s’élevait précédemment à 1,08 milliard de dollars devrait donc passer à environ 1,30 milliards de dollars.

Le président a ajouté que comme la France rajoutait 60 millions d’euros supplémentaires, Bill Gates avait décidé de faire de même. Au total donc, « ce sont 13 milliards 920 millions d’euros qui ont été récoltés ». « Je pense qu’on peut raisonnablement dire qu’on est à l’objectif des 14 milliards d’euros », s’est réjouit Emmanuel Macron avant ‘ajouter :

« Mais on a décidé de ne pas s’arrêter là. Avec Bill, Bono, Peter et la France, on s’engage à lever au moins 100 millions d’euros supplémentaires pour être au moins à 14 milliards d’euros dans les prochaines semaines. »

Sur Twitter, l’association Aides a rappelé que cette somme constitue « un minimum permettant de juguler les épidémies ». « Nous resterons vigilants-es jusqu’à décembre Emmanuel Macron ! C’est votre mission. »

Le président a également tenu a remercié les pays qui ont accepté d’augmenter leur contribution, dont l’Australie, le Luxembourg, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, le Quatar, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Arménie ou encore l’Azerbaïdjan. Il a également rendu hommage aux nouveaux donateurs, dont la République Démocratique du Congo, le Cameroun, le Burundi, Malte, le Mali, la Guinée Equatoriale, la Grèce ou encore l’Ukraine.

« Une grosse déception »

Un peu plus tôt dans la journée, le président de Aides, Aurélien Beaucamp s’était dit déçu de la contribution française. « On aurait souhaité que la France augmente de manière plus considérable sa contribution, avait-t-il écrit sur Twitter. Cela donnerait un levier supplémentaire à l’ambition politique française en santé mondiale … grosse grosse déception ! »

Dans la matinée, Emmanuel Macron avait affirmé que l’objectif des 14 milliards, fixé par le Fonds mondial, n’était pas encore atteint ce jeudi 10 octobre à 10h. « On a fait les comptes et on y est pas, avait-t-il déclaré. Pour beaucoup d’associations, d’ONG, c’était le minimum. Donc, je ne laisserai personne sortir de cette pièce, ni quitter Lyon, tant que les 14 milliards ne seront pas obtenus. »

La lutte contre les discriminations

A LIRE AUSSI : Pourquoi la conférence du Fonds mondial sera décisive dans la lutte contre le VIH

« Nous ne vaincrons définitivement le sida, le paludisme et la tuberculose que si nous défendons aussi les droits des personnes discriminées dans leur accès aux soins, a également expliqué Emmanuel Macron. Et je pense évidemment aux personnes LGBT, aux travailleurs et travailleuses du sexe, aux prisonniers, aux migrants. Partout, en plus de l’accès aux soins, c’est la lutte contre les discriminations, la distorsion du regard, sur laquelle il faut aussi travailler. »

Le président de la République avait confié ce matin qu’il fallait réunir les 14 milliards dans les trois heures, appelant les chefs d’Etat ou les membres du secteur privé, comme Bill Gates ou Bono, à « prendre leurs téléphones, à passer des appels ou a faire des tweets. »

Article mis à jour ce jeudi 10 octobre à 15h10.

Crédit photo : Cap écran Emmanuel Macron.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail