facebook

L’homme qui accusait Apple de l’avoir « rendu » gay a retiré sa plainte

Un Russe qui accusait Apple de l'avoir "rendu" gay a retiré sa plainte ce jeudi 17 octobre lors de sa première audience devant un tribunal moscovite.

Beaucoup de bruit pour pas grand chose. L'homme qui avait porté plainte contre Apple, accusant son iPhone de l'avoir rendu gay, a finalement retiré sa plainte ce jeudi 17 octobre, jour de son audience devant un tribunal moscovite.

L’utilisateur expliquait s’être "embourbé dans des relations de même sexe" , l’été dernier, après avoir reçu 69 GayCoins (une cryptomonnaie LGBT+ dont un GayCoin équivaut à 0.02 €) sur un application de paiement par cryptomonnaie qu’il aurait téléchargé en 2017. L’émetteur, qui demeure anonyme, aurait envoyé le  montant en incluant un message en anglais disant "ne juge pas avant d’essayer".

A LIRE AUSSI : Un Russe accuse son iPhone de « l’avoir rendu gay » et poursuit Apple en justice

D. Razumilov a alors suivi les conseils de son donateur. « J’ai pensé, en effet, comment puis-je juger quelque chose sans essayer ? J’ai alors décidé d’essayer les relations de même sexe« , a t-il raconté dans un manifeste publié sur le site de la radio russe« Au bout de deux mois, je peux dire que je suis bloqué dans une relation intime avec une personne du même sexe que moi, et que je ne peux pas en sortir« , continue Razumilov.

Trop de "pression" ?

C'est comme ça que son smartphone l'aurait "manipulé pour le pousser . vers l'homosexualité". L'avocate du plaignant, Sapijat Gousnieva, a annoncé que l’homme souhaitait retirer sa plainte en raison du raout médiatique suscité par cette affaire.

"Nous avons conclu qu’il était nécessaire de clore l’affaire car la prochaine audience aurait dû être publique et des données personnelles y auraient été divulguées", a-t-elle déclaré à l'AFP, expliquant que cela aurait généré une "pression".

Il demandait environ 14.000 € de dommages et intérêts pour « souffrance morale et atteinte à la santé mentale » à Apple.

Les ONG de défense des droits LGBT considèrent que la Russie mène une politique homophobe avec sa loi contre la "propagande gay", instaurée en 2013. En Russie, l’homosexualité était considéré comme un crime jusqu’en 1993 et comme une maladie mentale jusqu’en 1999.

crédit photo : wikimedia commons.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail