Agnès CerighelliCette pub pour la saison 2 de Sex Education choque les homophobes

Par Timothée de Rauglaudre le 17/01/2020
sex education

Pour faire la promo de la saison 2 de Sex Education, Netflix France a lancé une série d'affiches, dont l'une représente un baiser entre deux hommes, et un guide pratique. Des internautes s'en réjouissent, à quelques jours d'une marche anti-PMA pour toutes, quand d'autres s'en offusquent.

Les sympathisants de La Manif pour tous vont adorer leurs trajets en métro ce week-end. Depuis hier, Netflix France a lancé une campagne de publicité pour la saison 2 de sa série Sex Education, qui sort sur la plateforme ce vendredi 17 janvier. L'une de ces pubs, qui ont commencé à apparaître un peu partout sur les murs des stations de métro et de RER ou les abribus, montre un baiser langoureux entre deux hommes.  Un "timing idéal" pour certains internautes qui ont partagé la photo de l'affiche sur Twitter, alors que La Manif pour tous et les autres associations du mouvement "Marchons Enfants !" manifestent pour la deuxième fois dimanche 19 janvier contre la PMA pour toutes.

À LIRE AUSSI : Sex Education : la saison 2 se dévoile dans un nouveau trailer

La campagne de pub est accompagnée d'un "Petit manuel de Sex Education", gratuit, qui a été commandé plus de 20.000 fois en une soirée, comme le raconte France Inter. Ce fin guide d'une soixantaine de pages, créé par la photographe Belge Charlotte Abramow, connue pour ses collaborations avec la chanteuse Angèle, aborde les mêmes thématiques que la série : sexualité, contraception, questions de genre, consentement... D'autres affiches qu'on peut apercevoir dans les transports en commun représentent un clitoris ou évoquent les règles.

"Caractère licencieux"

Et déjà, certains - souvent chrétiens conservateurs et/ou très à droite - froncent les sourcils. La conseillère d'arrondissement Rassemblement national de Lyon Tiffany Joncour, comme d'autres, parlent d'un "deux poids, deux mesures", référence explicite à la campagne d'affichage lancée par Alliance VITA, que MediaTransports, la régie publicitaire à la SNCF avait retirée à la gare du Nord - une décision depuis contestée par la justice. "C'est une pub pour une série Netflix, pas une affiche militante", rétorque un adhérent de l'association de policiers et gendarmes LGBT+ Flag ! à un de ces tweets qui mettent en parallèle les deux campagnes publicitaires.

À LIRE AUSSI : La réponse de Netflix France à un homophobe devient virale

De son côté, la conseillère municipale de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) Agnès Cerighelli "demande solennellement à la RATP d'enlever cette publicité", invoquant son "caractère licencieux". Fin mars 2019, cette ex-adhérente La République en marche tweetait : "Le lobby LGBT comme dans tte secte a élaboré un savant mélange de doctrines pseudo-scientifiques au service d’une volonté d’influence et de pouvoir, en utilisant les moyens les plus sophistiqués et les plus cyniques à l’âge des réseaux sociaux, du mensonge et de la propagande." Puis une série d'autres tweets qui avaient donné lieu à des plaintes de l'association Mousse et Stop Homophobie. Mi-décembre, le procureur de la République, saisi par le préfet des Yvelines et le maire de Saint-Germain-en-Laye, a ouvert une enquête sur d'autres tweets, islamophobes cette fois. Son procès devant le tribunal correctionnel de Versailles s'ouvrira justement lundi 20 janvier. En attendant, on lui conseille de prendre un taxi, et de fermer les yeux...

 

Crédit photo : Netflix