Nouveau Têtu ! Disponible chez votre marchand de journaux.
Magazine TÊTU numéro 228, septembre 2021

Nouveau Têtu ! Disponible chez votre marchand de journaux.

Contribue avec le montant mensuel de ton choix et reçois :

  • Le TÊTU d’automne livré chez toi gratuitement. Avec dedans : des séries qui changent le monde, des reportages dans l’Europe homophobe, et une plongée dans le quotidien des proches de chemsexeurs.
  • Un accès à l’intégralité du contenu du site TETU.COM
  • Des tarifs préférentiels aux événements TÊTU, conférences, à des concerts, et avant-premières de cinéma à ne pas manquer

agressionMarseille : un an de prison ferme pour une agression homophobe

Par tetu le 20/01/2020
marseille

Un marseillais a été condamné à un an de prison ferme après avoir agressé un couple sur le Vieux Port de la cité phocéenne.

Un an de prison ferme. C'est ce dont a écopé, à la cour d'appel d'Aix en Provence, un intérimaire marseillais âgé de 34 ans pour l’agression homophobe d’un couple à Marseille en juillet 2019, a rapporté une source judiciaire à l'AFP vendredi 17 janvier.

"Vous êtes pédés ? "

Les faits se sont déroulés le 28 juillet 2019.  Deux touristes venus de Toulouse étaient assis, enlacés sur un banc du  Vieux-Port de Marseille. L'un d'entre eux a posé sa tête sur l'épaule de son conjoint lorsqu’ils ont été interpellé par deux hommes. «Qu’est-ce que vous faites? Vous êtes ensemble?», leur a lancé l’un des deux agresseurs avant de les pousser et d’asséner un coup au visage de l’un d’eux.

Les victimes ont alors tenté d'alerter les passants, en criant "Police! Police". Mais appeler à l'aide était semble-t-il trop "pédé" pour les agresseurs, qui leur ont répondu : "vous appelez la police, vous êtes pédés?" en mimant des gestes à caractère sexuel, avant de débiter des obscénités. Deux policiers, qui se trouvaient à proximité, avait interpellé les agresseurs.

"Inadmissible"

Les deux hommes ont été présentés le lendemain en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. L’un d’eux a d'abord été placé en détention provisoire dans l’attente de son jugement, en raison d’un séjour irrégulier en France. Le second, avait été laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Il avait déjà fait l'objet de plusieurs condamnations, mais était titulaire d'un emploi. C’est ce dernier qui avait fait appel de la peine d’un an de prison ferme que le tribunal avait prononcé le 14 août contre les deux prévenus. «Les deux victimes ont bien été agressées du fait de leur orientation sexuelle, ce qui est parfaitement inadmissible et témoigne d’une intolérance», avait estimé le tribunal.

Devant la cour d’appel, l’avocat général avait pourtant requis une aggravation de la peine à dix-huit mois de prison, car il estimait  que «le mobile de ces violences (était) à l’évidence l’homophobie». Il n'a finalement pas obtenu gain de cause...

A LIRE AUSSI : Grâce à cet homme, vous n'aurez peut-être plus peur de porter plainte pour LGBTphobie 

Crédit photo : Wikimedia Commons