Municipales : à Paris Centre, un ex-filloniste sur la liste LREM fait polémique

En 2016, l’élu Vincent Roger participait à un meeting de soutien à François Fillon, au cours duquel Sens commun tenait un discours anti-PMA et adoption pour tous. Aujourd’hui, il se retrouve sur la liste LREM aux municipales parisiennes.

Vincent Roger est conseiller municipal dans le quatrième arrondissement de Paris et conseiller régional d’Île-de-France. Pour les municipales, il a rejoint la liste de Benjamin Griveaux, le candidat LREM à Paris, en troisième position dans la circonscription de Paris Centre. Dans L’Opinion, il a même publié le 16 janvier une tribune pour appeler le centre et la droite à rejoindre Griveaux. Dans cette circonscription, la tête de liste est le député de Paris Pacôme Rupin, ouvertement gay et fervent défenseur de la PMA pour toutes. Pourtant, le soutien passé de Vincent Roger à François Fillon interroge sur la compatibilité de ses idées avec cet engagement progressiste.

À LIRE AUSSI : Municipales : ce candidat à la mairie de Nîmes, soutenu par LREM, regrette son passé Manif pour tous

Une vidéo gênante

Le compte Twitter « Un LMPT dans ta ville » (@LaREMpourTous), qui repère les soutiens de LREM à des candidats proches des idées de La Manif pour tous, a en effet déterré la vidéo d’un événement qui date du 21 septembre 2016, au Cirque d’Hiver à Paris. La vidéo, initialement montée par Sens commun, mouvement politique issu de La Manif pour tous, est celle d’un meeting de soutien à François Fillon aux primaires de la droite. Vincent Roger est alors un soutien sans faille du candidat. On y voit, à la tribune, la députée Valérie Boyer, mais aussi Madeleine de Jessey, ancienne porte-parole de Sens commun.

Elle rappelle que Fillon s’est engagé à « interdire la PMA pour les couples de femme et les femmes seules et à supprimer l’adoption plénière pour les couples de même sexe« . La vidéo telle que postée par « Un LMPT dans ta ville » semble montrer Vincent Roger qui applaudit à de telles déclarations. Contacté par TÊTU, l’élu dément : « Si j’ai applaudi Madame de Jessey, c’est qu’elle tenait des propos aimables sur Fillon et certainement pas sur ses positions sociétales. Tous ceux qui me connaissent savent mon combat contre Sens commun. » En effet, dans la vidéo originale, toujours disponible sur le compte YouTube de Sens commun, on ne le voit pas applaudir directement après les propos de Jessey sur la PMA et l’adoption.

« Ce n’est pas un bon signal »

Cette vidéo a en tout cas fait réagir sur Twitter des militants de l’égalité des droits. « Il y a clairement un positionnement qui, à l’époque, était opposé à la PMA et à l’adoption pour les couples de même sexe, estime Joël Deumier, ancien président de SOS homophobie et engagé à « Paris en commun », la liste conduite par Anne Hidalgo pour les municipales parisiennes. On était dans un contexte très particulier d’alliance entre le candidat Fillon et Sens commun. L’homophobie, c’est aussi l’opposition à l’égalité des droits. Ce n’est pas un bon signal, alors qu’il est candidat à Paris Centre, qui comprend le Marais, donc une circonscription importante pour les personnes LGBT+. »

À LIRE AUSSI : Une brochure abordant l’homosexualité pourrait disparaître des lycées d’Île-de-France

Sur Twitter, des proches de Vincent Roger ont pris sa défense en rappelant son « engagement dans la lutte contre l’homophobie » – il a par exemple participé à la manifestation contre l’homophobie place de la République à Paris en octobre 2018, et dit à TÊTU avoir été « l’un des premiers responsables de la droite à [se] rendre à la Gay Pride » en 2000 – ou encore le fait qu’il soit vice-président du Crips, organisme de lutte contre le VIH associé à la Région Île-de-France. En 2017, le même Crips avait retiré une brochure distribuée dans les lycées abordant l’homosexualité après un « signal » d’Arnaud Le Clere, élu Sens commun, comme l’avait alors révélé Rue89. De fait, contrairement à certains candidats investis ou soutenus par LREM, Vincent Roger n’a pas pris part aux défilés anti-mariage pour tous de 2012 et 2013.

Ambiguïté

L’élu de droite s’est montré plutôt distant sur ces questions lors des débats à droite, jusqu’à son départ des Républicains en juillet 2019, à l’occasion duquel il a publié une tribune dans Le Monde : « Durant le débat sur la loi Taubira – comme lors du pacs – une chape de plomb s’était abattue sur la droite française, écrit-il après avoir cité d’autres « évolutions de la société » qui n’auraient pas été prises en compte par la droite. Notre civilisation était, paraît-il, en péril parce que l’on accordait des droits aux homosexuels. Six ans plus tard connaissez-vous un maire de droite qui refuserait de célébrer un « mariage pour tous » ? »

À LIRE AUSSI : Quand la tête de liste LREM dans le 16e à Paris fustigeait les « lobbies pro-PMA/GPA »

Que pense Vincent Roger des débats actuels sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, ou encore la reconnaissance de la filiation des enfants nés par GPA à l’étranger pour les couples d’hommes ? « Le fait de ne pas s’être désolidarisé de la Droite forte à l’époque signifie quelque chose, poursuit Joël Deumier. On ne sait toujours pas ce qu’il pense. Il y a peut-être une évolution, mais ça vaudrait le coup qu’il clarifie son positionnement passé et qu’il qu’il réaffirme son soutien à l’égalité des droits, si c’est le cas. » Auprès de TÊTU, Vincent Roger affirme que ses positions sont « extrêmement claires » : « Je suis en total accord avec Pacôme Rupin sur la PMA ». Ça méritait d’être précisé.

 

CCrédit photo : Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail