Week-end de tensions en France entre les militants de l’égalité des droits et la Manif pour tous

Nouveau week-end de mobilisation anti-PMA pour la Manif pour tous dans toute la France. De nombreux contre-rassemblements étaient organisés par des personnes LGBT+. À Lyon, des affrontements ont eu lieu.

"Nous ne laisserons pas la rue à La Manif pour tous", prévenaient vendredi les organisateurs d'une contre-manifestation à Paris. Dimanche 31 janvier, le collectif Marchons Enfants, qui rassemble notamment La Manif pour tous et l'asso pro-vie Alliance VITA, organisait une nouvelle journée de mobilisation contre la loi bioéthique et l'ouverture de la PMA à toutes les femmes. Dans plusieurs villes de France, des militants LGBT+ avaient prévu de se rassembler pour ne pas laisser l'espace public (et médiatique) à ces organisations rétrogrades. Et forcément, ça ne s'est pas très bien passé.

Si les militants LGBT+ ont été nombreux à Paris, au Havre, à Brest ou à Toulouse, c'est à Lyon, ville réputée pour être conservatrice, que des heurts ont éclaté entre les opposants du projet de loi bioéthique et ses partisans. Selon la préfecture, 1250 opposants à l'égalité des droits entre les femmes lesbiennes et les couples hétérosexuels (qui eux ont déjà accès aux procréations médicalement assistées) ont défilé dans le centre-ville, et se sont retrouvés face à face avec plusieurs centaines de contre-manifestants.

La police accusée de partialité

Les forces de l'ordre sont intervenues pour tenter d'éviter la confrontation physique, rapporte l'AFP, qui ajoute qu'aucun blessé n'est à déplorer et qu'une personne a été interpellée pour jet de projectile. Toutefois, des internautes ont accusé les forces de l'ordre d'avoir pris parti pour la Manif Pour Tous. "La police a pris son temps pour intervenir alors qu'elle était à une dizaine de mètres", raconte un·e témoin anonyme, cité·e par le compte (également anonyme) Le Coin des LGBT+.

Ce même compte a également relayé ce qui serait une photo d'une story du compte Instagram ONLR 31, un groupe de jeunes opposants au projet de loi bioéthique, montrant des policiers posant aux côtés de manifestants de Marchons Enfants à Toulouse. Cette image – très partagée sur les réseaux sociaux – n'est toutefois plus visible sur le compte d'origine.

Si la PMA pour toutes était une promesse d'Emmanuel Macron, la promulgation de la loi se fait attendre. Une faille que la poignée d'opposants rassemblés ce week-end veulent exploiter. Selon plusieurs sondages, les deux-tiers des Français sont pourtant favorables à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes. Le projet de loi bioéthique reviendra à partir du 2 février en deuxième lecture devant le Sénat. Le texte devrait revenir à l'Assemblée nationale pour le dernier stade de la navette parlementaire entre avril… et juillet.

À LIRE AUSSI – La PMA pour toutes de retour au Sénat : ce qu’il faut savoir avant l’examen du texte

Crédit photo : Capture Twitter


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail