facebook

À Nogent-Le-Rotrou, un lycée installe un escalier pour sensibiliser aux discriminations

Dans la commune de Nogent-Le-Rotrou, un lycée a eu une idée originale pour lutter contre les discriminations. Sur un escalier, chaque marche représente une discrimination contre laquelle lutter.

Le message est clair : la lutte contre les discriminations se fait pas après pas, marche après marche. Le lycée Remy Belleau, à Nogent-Le-Rotrou (Eure-et-Loir) a installé un escalier contre les discriminations. Sur chacune des marches, on peut lire une discrimination contre laquelle il faut lutter.

"Stop à l'homophobie, au sexisme, au racisme, à la xénophobie... Stop à la discrimination liée à l'orientation sexuelle"... Peut-on lire désormais lire sur l'escalier au sein du lycée. L'initiative a été prise, "dans le carde du projet Erasmus+ sur l'art engagé", indique le lycée sur Twitter. Le lycée a collé sur les marches des autocollants imprimés sur mesure. "Parce qu’un lycée, c’est aussi un lieu de vie dans lequel se fréquentent de nombreuses différences. Et que notre rôle, c’est aussi d’apprendre à les accepter", a écrit le lycée.

À LIRE AUSSI : Pour une école plus queer : conseils à l’usage de l’Éducation nationale (et des autres)

"Une excellente initiative"

La plupart des internautes ont applaudi l'initiative. Khadija, invite sur Twitter, le conseiller municipal de Laval, a mettre en place de tels escaliers dans sa ville. "Une excellente initiative. Bravo à vous tous, lycéens et personnels", a ajouté Justin. Une enseignante souhaite elle, que cet escalier soit repris dans tous les établissements scolaires. Alors que des internautes ont signalé que cette initiative ne résoudra pas tous les problèmes de racisme, le lycée a expliqué que "cela participe d’un projet pédagogique plus global avec nos élèves".

À LIRE AUSSI : Il pourrait bientôt y avoir un enseignement obligatoire aux questions LGBT+ à l’école

Le lycée a pointé qu'il aurait aimé ajouter une marche concernant les discriminations liées à l'identité de genre. Mais que l'escalier ne comprenait "pas assez de marches". "Cet escalier n'est pas l'ensemble de notre démarche, mais juste un élément. Limité, nous l'acceptons, réducteur, nous voulons bien le croire, imparfait, c'est incontestable... Nos élèves ont fait des choix en fonction de leur travail, de leurs camarades, de leurs sentiments", a rappelé l'établissement.

 

Crédit photo : Capture d'écran Twitter / LPO_RemiBelleau


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail