facebook

La taille moyenne du pénis humain rétrécirait à cause de la pollution

Dans son dernier livre, une professeure de médecine environnementale alerte sur l'impact de produits chimiques ingérés par l'humain. En effet, ceux-ci causeraient une baisse de la fertilité et, aussi, la réduction de la taille du pénis des nouveaux-nés.

La fin des profils TTBM sur Grindr serait-elle proche ? Comme le rapporte The Independent, la pollution aurait un impact non négligeable sur les pénis des nouveaux-nés. Dans son récent livre intitulé Count Down: How our Modern World is Threatening Sperm Counts, Altering Male and Female Reproductive Development and Imperiling the Future of the Human Race, le Dr. Shanna Swan assure que les organes génitaux des bébés humains sont de plus en plus petits et parfois même mal formés. Selon elle, il faudrait blâmer les phtalates, soit des produits chimiques notamment utilisés dans la fabrication du plastique.

Des prédictions inquiétantes

Mais pas seulement ! En effet, les phtalates peuvent être employés dans les médicaments, dans les cosmétiques… mais aussi dans la nourriture. D'après plusieurs études, ils influeraient sur le système endocrinien de l'homme et viendraient ainsi perturber la production naturelle d'hormones dans le corps humain. Parmi les conséquences donc, on assisterait à un rapetissement de la taille du pénis mais également à une chute du nombre de spermatozoïdes. Autrement dit, ces produits chimiques pourraient causer des problèmes de reproduction concernant l'humanité toute entière dans un futur proche.

LIRE AUSSI >> Il crée un site de rencontres pour les hommes avec un petit pénis

En 2017, le Dr. Swan – qui est professeure de médecine environnementale et de santé publique à New York – avait déjà souligné que le nombre de spermatozoïdes avait subi une chute de 59% en Occident entre 1973 et 2011. Selon ses pronostics avisés, à ce rythme, l'humanité pourrait ne plus produire de spermatozoïdes d'ici 2045. Elle appelle ainsi à un meilleur contrôle des phtalates avant que la situation n'atteigne un point de non-retour, d'autant plus que ces produits causeraient aussi une baisse globale de la libido, en particulier chez les femmes. Pour conclure, il est grand temps de tirer la sonnette d'alarme.

LIRE AUSSI >> Questions de sexe : "Je n'avais jamais vu un pénis aussi bizarre…"

Crédit photo : Charles Deluvio via Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail