Sponso

17maiContre la transphobie et l'homophobie, BNP Paribas propose des CB inclusives

Par tetu le 17/05/2021
17 mai contre la transphobie

Pour la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, BNP Paribas annonce ce 17 mai des cartes bancaires inclusives.

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (Idahot 2021), BNP Paribas pousse un cran plus loin son engagement : après avoir été la première banque à signer la charte d’engagement LGBT+ de l’Autre Cercle en 2015, le groupe bancaire propose à ses clients de souscrire une carte LGBT+ friendly, dans le cadre de son programme "A chacun son image". Ce dispositif permet de souscrire à un visuel engagé pour une cotisation annuelle de 12€, entièrement reversée à une association : dans ce cas, il s’agit de SOS Homophobie. 

"Cette carte est un bon moyen d’avoir un impact positif sur la société. Elle permet de promouvoir la diversité avec le message ‘'Love is love', de soutenir une association engagée contre les LGBTphobies, et de sensibiliser sur ce qu’il est possible de faire en termes de changement de prénom et civilité sur les moyens de paiement", détaille Guillaume Semène, co-animateur du réseau BNP Paribas PRIDE.

LIRE AUSSI : SOS homophobie : en 2020, l’enfer c’est la famille et les voisins

Choisir son prénom sur la CB

Pour beaucoup de personnes trans, faire changer ses papiers administratifs pour que l’identité de genre et le prénom correspondent à l’identité réelle relève d’un parcours long et fastidieux. Cette carte est un moyen de rappeler que plusieurs solutions sont possibles en agence pour faciliter ces démarches, comme supprimer la civilité et changer le prénom sur la carte bancaire à la demande des client.e.s, avant même le changement à l’état civil.  

Une démarche très utile pour une personne en transition, comme le témoigne Aline*, en attente d’un rendez-vous en mairie pour son changement de prénom. "On doit prouver que l’on utilise bien ce prénom d’usage au quotidien, et donc trouver des instances officielles qui acceptent de nous appeler par notre prénom d’usage plutôt que par notre dead name. C’est toute l'ambiguïté du système français." Cette démarche permet donc de ne pas être OUTé et de subir la transphobie de la personne en face.

LIRE AUSSI : « Environ la moitié des femmes trans renoncent provisoirement et essayent de rentrer dans le rang »

Une initiative du réseau PRIDE

En 2019, le réseau BNP Paribas PRIDE a approché la direction générale pour leur proposer cette carte inclusive : "Dans d’autres pays où j’ai pu vivre, des initiatives similaires existaient déjà, explique Guillaume Semène. L’idée était de s’inspirer de ce modèle pour le reproduire dans un pays sur le papier un peu moins ouvert sur les sujets LGBT+ : la France." Une idée reçue avec beaucoup d’enthousiasme et rapidement soutenue par le management de la banque, confirmant l’idée selon laquelle les entreprises privées ont aussi un rôle à jouer "pour faire évoluer les mentalités sur les questions LGBT+"

Guillaume Semène se souvient de 2015, au moment où son entreprise signe la charte LGBT+ de l’Autre cercle. "Cela a été très violent. Nos dirigeants ont reçu plus de 10.000 mails d’insultes par jour pour les empêcher de travailler. Malgré cela et quelques plaintes de clients, notre direction générale a tenu le cap et envoyé un message très fort : l’homophobie et la transphobie n’ont pas et n’auront pas leur place chez BNP Paribas". 

D’une voix enjouée, il raconte un engagement fort de BNP Paribas sur les questions LGBT+. "Le but est de proposer un milieu de travail inclusif, dans lequel chaque personne doit pouvoir raconter son weekend à la machine à café le lundi matin, sans risquer d’être discriminée pour son orientation sexuelle ou son identité de genre."

LIRE AUSSI : VIDÉO. Il n’ y a pas d’amour censure : le 17 mai contre l’homophobie et la transphobie

LIRE AUSSI : À Paris, la Marche des Fiertés aura bien lieu en juin, mais en version Covid