facebook

Alice Coffin prise à partie par des hommes aux propos lesbophobes à Rouen

Alice Coffin à Rouen

Dans la soirée du mercredi 16 juin, un groupe identitaire a agressé la conseillère de Paris Alice Coffin à Rouen. Elle intervenait à la Friche Lucien, à l'occasion du mois du féminisme.

De nombreuses personnalités, politiques ou non, manifestent sur Twitter leur soutien à Alice Coffin. L'élue écologiste à la Ville de Paris a été prise à partie ce mercredi 16 juin par un groupe identitaire à Rouen. Elle y participait au "mois du féminisme" organisé par la Friche Lucien, un lieu dédié aux cultures alternatives. Militante féministe et LGBT, cofondatrice de la Conférence européenne lesbienne et de l'Association des journalistes LGBT (AJL), Alice Coffin était venue animer une conférence sur son ouvrage, Le génie lesbien.

Un propos lesbophobe

"Un homme est monté sur scène, et s’est retrouvé à quelques centimètres d’Alice Coffin. Il avait un costume-cravate, et un bouquet de fleurs dans les mains", raconte Chloé Argentin, conseillère municipale de Rouen, à 76 actu. Il a ensuite déclaré, bouquet de fleur à la main et genou à terre : "Je sais que vous n’êtes pas de ce bord-là, mais pourquoi n’aimez vous pas les hommes ?"

La témoin précise qu'un complice filmait la scène. Tous deux ont dû quitter la scène pendant que d''autres, perchés sur un conteneur, ont déroulé une banderole arborant : "Pourquoi vous n’aimez pas les hommes, Alice Coffin ?" Une accusation classique de mysandrie qu'ont en commun les militants anti-féministes et les lesbophobes. Sur Twitter, c'est un petit compte récent qui a partagé une photo de la scène, se faisant appeler "Les Normaux" ; tout un programme…

Le but de l'événement organisé à Rouen était d'offrir "une vraie plateforme de débat, autour de causes importantes", expliquait Simon Ugolin, directeur artistique de la Friche dans 76 actu. Le média normand expliquait en outre que le fait que certains événements soient en "mixité choisie", voire réservés aux femmes (ateliers éducatifs, initiation à l’auto-défense…) avait fait polémique.

Une autre agression dans la même journée

La prise à partie d'Alice Coffin n'est pas un cas isolé. Dans la même journée, un militant du mouvement de gauche radicale "On est là !", âgé de 62 ans et membre de la liste de Clémence Guette pour les élections régionales, "s'est fait agresser en pleine rue par un groupe du Rassemblement national", a rapporté sur Twitter la tête de liste.

Le 11 juin, c'est un candidat du RN d'Arles qui s'était fait agresser lors d'un collage d'affiches par un individu doté d'une matraque qui a cassé le tibia d'un des militants d'extrême droite, rapportait le Figaro. Autant d'agressions qui, avec la gifle à Emmanuel Macron et l'enfarinage de Jean-Luc Mélenchon, témoignent d'un climat de campagne ultra-tendu, voire dangereux selon de nombreux observateurs.

LIRE AUSSI >> Insultée parce que lesbienne, une restauratrice de Toulouse dénonce la multiplication des agressions

Crédit photo : "Les Normaux" via Twitter


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail