élection présidentielleJadot retire le débat GPA de son programme mais muscle la PMA pour toustes

Par Nicolas Scheffer le 02/02/2022
yannick jadot,programme yannick jadot,programme yannick jadot 2022,yannick jadot 2022,presidentielle,yannick jadot programme,eelv,gpa,pma,ropa,transidentité,programme 2022,présidentielle 2022,élection présidentielle

Dans son programme pour la présidentielle 2022, le candidat écologiste Yannick Jadot ne s'engage plus quant à l'ouverture d'un débat sur la légalisation de la GPA mais développe plusieurs propositions pour une PMA vraiment ouverte ainsi que pour faciliter la vie des personnes trans.

"Il nous faut créer les conditions d'un débat sur les contours d'une possible régulation" de la gestation pour autrui (GPA), plaidait Yannick Jadot dans les colonnes de TÊTU en juin dernier. Quelques mois plus tard, il n'en est plus question dans le programme du candidat écologiste à l'élection présidentielle, dévoilé ce mercredi 2 février.

À lire aussi : GPA : pour un débat éthique, le legs précieux d'Elsa Cayat

Tout juste le candidat propose-t-il désormais la reconnaissance automatique de la filiation des enfants nés d'une GPA à l'étranger. En clair, le livret de famille étranger d'un enfant doit être simplement traduit, en comprenant les deux parents. Il s'agit d'un acquis de la jurisprudence sur lequel est revenue la majorité macroniste lors des débats sur la loi bioéthique.

PMA pour les hommes transgenres et ROPA

Le programme du candidat EELV entend en revanche combler les manquements de la PMA pour toutes, en ouvrant la possibilité de la technique de la ROPA. Cette méthode, pratiquée dans plusieurs pays en Europe, permet qu'une femme du couple porte l'embryon fécondé avec l'ovocyte de sa compagne. Yannick Jadot souhaite également élargir la PMA aux hommes transgenres dotés d'un utérus, ce qu'interdit la loi votée en 2021. Enfin, toujours sur ce volet de la PMA pour toutes, l'écologiste propose "le don de spermatozoïdes amical".

"Actuellement, la PMA pour toutes est un droit qui n'est pas effectif puisque le temps d'attente pour obtenir un don est extrêmement long, jusqu'à 18 mois. Nous proposons qu'une personne puisse entrer dans un parcours de PMA accompagnée d'un donneur", développe auprès de TÊTU Morgan Jasienski, rédacteur du projet notamment sur les sujets LGBTQI+ [Attention, contrairement à ce qui nous avait été expliqué dans un premier temps, il ne s'agit pas d'un système de "parrainage" où ce don serait versé à la banque de sperme : il sera utilisé directement dans le cadre du projet parental].

Transidentité : faciliter les parcours

Yannick Jadot réaffirme par ailleurs qu'il souhaite faciliter les parcours de transition, à l'image de Jean-Luc Mélenchon. Il propose "un parcours de soin et un changement d'état civil sur simple demande de manière gratuite". "En tant qu’écologistes, nous croyons fermement à l’autodétermination. Il faut pouvoir changer de genre sur simple déclaration à l’état civil et pouvoir le faire de façon gratuite", nous disait-il déjà en juin.

À lire aussi : Mélenchon : "Une nouvelle condition humaine, non genrée, c'est inédit dans l’histoire !"

Enfin, le programme officiel du candidat EELV prévoit de supprimer la liste des pays qualifiés de "sûrs". La France considère que ces pays respectent les principes minimaux de liberté et d'État de droit, permettant de refuser systématiquement les demande d'asile qui en proviennent. Problème, certains d'entre eux pénalisent l'orientation sexuelle ou l'identité de genre.

À lire aussi : Union de la gauche, GPA, #MeTooGay… : entretien avec Fabien Roussel

Crédit : Sebastien Vincent pour TÊTU