homophobieEddy de Pretto : 17 personnes interpellées pour harcèlement homophobe en ligne

Par Florian Ques le 11/03/2022
Eddy de Pretto : 17 hommes interpellés pour cyberharcèlement homophobe envers le chanteur

Le parquet de Paris a confirmé au Parisien l'arrestation de quelque 17 personnes accusées d'avoir harcelé et menacé le chanteur gay Eddy de Pretto à la suite de son concert dans l'église Saint-Eustache à Paris le 17 juin 2021. Leur procès aura lieu en octobre 2022.

Bonne nouvelle sur le front de la haine en ligne. Pas moins de 17 personnes ont été interpellées ces derniers jours, confirme ce jeudi 10 mars au Parisien le parquet de Paris, pour le cyberharcèlement homophobe qu'avait subi le chanteur gay Eddy de Pretto après son concert dans l'église Saint-Eustache, le 17 juin 2021 dans la capitale. L’Office central de lutte contre les crimes de haine (OCLCH) soupçonne ces individus, âgés de 20 à 26 ans, d'avoir harcelé, insulté et menacé sur les réseaux sociaux l'interprète de "Kid".

À lire aussi : Eddy de Pretto : "Il me semble important de raconter le monde vu par un pédé"

L'artiste avait investi ce lieu religieux du Ier arrondissement parisien afin d'y proposer une performance live dans le cadre du festival Qui va piano. Eddy de Pretto avait notamment débuté ce concert par une interprétation de son titre "À quoi bon", où il évoque la difficulté qu'il éprouve à concilier son identité d'homme gay et la religion catholique.

Eddy de Pretto : "Ces homophobes ne gagneront jamais."

Dès le lendemain, des vidéos de la prestation musicale sont partagées sur les réseaux sociaux. Après leur mise en ligne, le chanteur subit un déferlement de haine, principalement à caractère homophobe. Eddy de Pretto riposte dans une story Instagram où il affirme sa position : "Ces homophobes, royalistes, anarchistes d'extrême droite ne gagneront jamais." Dans la foulée, il dépose plainte et une enquête est ouverte par le Pôle national de lutte contre la haine en ligne (PLNH).

À lire aussi : "Je continuerai" : après un concert dans une église, Eddy de Pretto répond aux homophobes

Selon les informations du parquet de Paris rapportées par Le Parisien, les enquêteurs de l'OCLCH ont priorisé les auteurs des messages les plus virulents, notamment ceux qui incluaient des injures homophobes et des menaces de mort. Les suspects interpellés sont essentiellement des hommes majeurs jusqu'alors inconnus de la justice, dont certains identifiés comme étant des catholiques conservateurs.

Pendant leur garde à vue, certains ont reconnu "ne pas avoir mesuré l'ampleur de leurs propos" mais également "s'être sentis protégés derrière l'anonymat des réseaux sociaux". Parmi les 17 personnes arrêtées, 15 devront comparaître devant le tribunal correctionnel les 3 et 4 octobre 2022 pour les motifs suivants : harcèlement en ligne avec ITT de plus de huit jours et harcèlement en ligne avec ITT de plus de huit jours commis à raison de l'orientation sexuelle de la victime.

À lire aussi : "Je continuerai" : après un concert dans une église, Eddy de Pretto répond aux homophobes

Crédit photo : Universal Music