facebook

Culture

Eddy de Pretto : « Il me semble important de raconter le monde vu par un pédé »

Crédits photos : Marie Schuller

Après le succès monstre d’un premier album décomplexé, Eddy de Pretto s’assume encore plus avec « À tous les bâtards », son second opus. Rencontre.

Cet entretien est issu du numéro 226 de TÊTU, actuellement en kiosque. Cliquez ici pour le trouver près de chez vous ! 

Une gueule qu’on n’oublie pas, des paroles brutes de décoffrage, des mélodies aussi tubesques que du Goldman… Dès son apparition sur la scène pop française, Eddy de Pretto a été autant critiqué qu’adulé. Résultat : 300 000 exemplaires vendus de Cure, son premier album, et des concerts bondés pendant deux ans. On attendait donc beaucoup du suivant, À tous les bâtards, qui joue dans la même cour mi-chanson, mi- rap. S’il raconte toujours ses émois avec les garçons, sa famille et sa banlieue natale, il prend aussi la parole sur d’autres sujets fondamentaux de la politique actuelle.

Sweat-shirt multicolore Études et chevelure rousse ébouriffée, Eddy de Pretto a répondu très sérieusement à toutes nos questions, malgré un ou deux fous rires partagés. Et ne s’est interrompu que pour ouvrir au livreur lui apportant des fleurs de la part de Jane Birkin, qui le remerciait de sa prestation en son honneur aux Victoires de la musique. Classe.

...

Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail