queericidesAprès le meurtre atroce du militant LGBT Edwin Chiloba, 5 suspects arrêtés au Kenya

Par Nicolas Scheffer le 09/01/2023
Edwin Chilobat, meutre Kenya

Le cadavre mutilé d'Edwin Chiloba, créateur de mode, mannequin et militant LGBT âgé de 25 ans, a été retrouvé dans une malle au Kenya, pays d'Afrique de l'Est où l'homosexualité est réprimée.

Mise à jour 11 janvier : résultat de l'autopsie

Il aimait utiliser la mode pour remettre en cause les normes de genre. Edwin Chiloba, 25 ans, a été retrouvé mort le 4 janvier au Kenya (Afrique de l'Est), dans une malle en métal laissée sur le bas-côté d'une route de la vallée du Rift. À l'issue de l’autopsie, un responsable gouvernemental a annoncé qu'il est mort étouffé avec des chaussettes retrouvées dans sa bouche. Ses yeux ont par ailleurs été arrachés, selon la BBC. La justice kenyane a placé cinq personnes en détention provisoire, dont un photographe indépendant qui, selon la presse, était un amant de la victime.

À lire aussi : Derrière Trump & Bolsonaro, la vague réac anti-LGBT n’épargne pas l’Europe

Le créateur et mannequin voulait faire carrière dans la mode qu'il avait étudiée à Eldoret, dans l'ouest de ce pays majoritairement chrétien et conservateur. Son travail avait été remarqué par Nairobian Today, un journal national. "Les réussites d'aujourd'hui sont des marches vers les suivantes. Vous pouvez vous élever de rien et vous recréer totalement", écrivait le jeune homme sur Instagram. Selon le Kenyan Daily Post, Edwin Chiloba avait perdu ses deux parents alors qu'il était encore enfant.

Un militant pour les droits des Kenyans LGBTQI+

Edwin était aussi un militant, qui vivait dans un "Forum féministe LGBTQ". La structure a souligné qu'il souhaitait "promouvoir les droits de la communauté marginalisée". Au Kenya, l'homosexualité reste un tabou et les relations homosexuelles sont passibles d'une peine allant jusqu'à 14 ans de prison. Une législation homophobe validée par la Cour suprême en mai 2019. "Mon mouvement est pour tout le monde. Il s'agit d'inclusion. Je vais me battre contre ce qui m'a marginalisé et pour les personnes marginalisées", écrivait Edwin Chiloba dans un autre post Instagram.

Ce meurtre a provoqué un émoi international. Le porte parole de la diplomatie américaine a demandé que "toutes les responsabilités soient établies". Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits humains s'est dit "secoué", appelant à renforcer la protection des militants LGBTQI+ dans le monde. En avril 2022, un autre militant LGBT avait été assassiné au Kenya, et RFI rapporte, citant des proches, qu'Edwin Chiloba avait déjà été menacé en raison de son engagement militant.

À lire aussi : [Exclusif] La première interview du nouvel ambassadeur aux droits LGBT+

Crédit photo : capture d'écran Instagram