Depuis Pretoria émet la première web radio LGBT d'Afrique
Opinions et débats

Depuis Pretoria émet la première web radio LGBT d'Afrique


Rencontre avec le directeur de GaySA Radio, web radio sud-africaine qui entend accroitre la visibilité des personnes LGBT en Afrique.

Depuis plusieurs mois, une maison installée à Pretoria est le QG d’une station qui fait figure d’exemple dans la région sud-africaine : GaySA Radio. Comme son nom l’indique, GaySA Radio est une radio locale qui s’adresse spécialement aux gays, lesbiennes, bis, et aux personnes trans et intersexes du pays et d’Afrique, ce qui en fait la première web radio LGBTI du continent africain.

Pour en savoir davantage sur ce nouveau média né dans le premier pays au monde à avoir pénaliser la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle mais où l’homophobie et la transphobie restent vives, nous avons interrogé Hendrik Baird, le directeur de la station.

 

Salut Hendrik ! Et si tu commençais par nous présenter GaySA Radio ?

GaySA Radio est la première web radio LGBTI d’Afrique et elle est diffusée sur http://gaysaradio.ndstream.net. Notre équipe est composée de 38 volontaires, certains ont de l’expérience dans la radio et d’autres non. La plupart des volontaires appartiennent à la communauté LGBT mais des alliés hétéros font aussi partie de l’aventure.

 

« Tous les mercredis, notre présentateur gay et musulman nous parle sexo »

 

Mais alors à quoi ressemble votre programmation ?

Notre grille des programmes reflète les différents aspects de la vie et des intérêts des personnes LGBT derrière le mot d’ordre « LGBT first ». Par exemple, The Eggs and Sausage Show est notre matinale quotidienne et elle traite les évènements à venir, les questions d’actualité et les dernières tendances. The Workday Jive aborde les questions LGBTI sur le lieu de travail, les offres d’emploi, et motive les auditeurs qui écoutent GaySA Radio au boulot. Rainbow Talk est la quotidienne consacrée à la mode, le divertissement, aux peoples, à la culture, au sport, aux trans, aux organisations communautaires et tout un tas de choses. Il y a aussi l’agenda gay, et le Cocktail Hour qui passe de la musique en fin de journée. Enfin, tous les mercredis dans la Seam Room, notre présentateur gay et musulman nous parle sexo et relations amoureuses.

Le week-end c’est un peu différent : il y a l’émission Out and Proud qui s’intéresse à la jeunesse, le Sunday Stoep qui diffuse du jazz africain, et le Soul Searching pour toutes les questions religieuses.

 

« Eduquer, divertir, inspirer et informer »

 

Comment est né l’idée d’une telle radio ?

C’est parti de deux amis qui écoutaient la station britannique Gaydio et qui ont pensé qu’il faudrait lancer quelque chose de similaire en Afrique du Sud, qui parlerait de sujets locaux. Ils étaient tous les deux des DJ de club, donc au départ la station radio se résumait à une playlist de musique dance et électro. Ce n’est qu’au début de l’année que GaySA Radio est devenue une vraie station radio à proprement parler, avec des présentateurs et une grille des programmes, mais aussi une véritable playlist musicale destinée à un jeune public noir.

 

GaySA Radio première web radio LGBTI d'Afrique
En janvier 2016, GaySA Radio fait la Une de Pretoria News – courtesy of GaySA Radio

 

Quel est le combat que vous menez à travers GaySA Radio ?

GaySA Radio a pour but d’éduquer, de divertir, d’informer et d’inspirer. Son objectif principal est de démystifier les sujets LGBTI et de « normaliser » le fait d’être gay, tout ça dans le but de contrer l’homophobie qui elle est fondée sur la peur et la désinformation. Notre station radio est consciente de son rôle militant et fait actuellement campagne contre un groupe de haine venus des États-Unis afin qu’ils ne viennent pas visiter notre pays au mois de septembre.

 

« Apporter une lueur d’espoir à toutes les personnes isolées »

 

Pourquoi est-ce qu’il est important d’avoir un media tel que le vôtre en Afrique du Sud et a fortiori sur le continent africain ?

GaySA Radio apporte une voix à la communauté LGBTI afin de mettre en lumière les sujets qu’elle traverse. Les droits de cette communauté sont protégés par la Constitution sud-africaine et la législation du pays, mais la situation sur le terrain est loin d’être idéale et de nombreux crimes de haine sont encore perpétrés envers les personnes LGBTI.

Nous espérons qu’en parlant tout haut alors nous pourrons rendre ce groupe qui a été marginalisé plus visible, et faire en sorte que sa parole soit entendue. Nous espérons aussi qu’en diffusant notre station en Afrique, là où l’homosexualité est toujours illégale dans de nombreux pays, nous pourrons apporter une lueur d’espoir à toutes ces personnes isolées qui n’ont pas accès à une information juste. En un sens, la station offre un modèle à des individus réprimés dans leur pays et nourrit l’espoir d’une vie meilleure.

 

Quel accueil a reçu GaySA Radio en Afrique du sud ?

Jusqu’ici nous n’avons pas eu beaucoup de réactions négatives, la majorité des commentaires ont été très encourageants et de bon soutien. Mais on reste circonspects car nous savons que ce n’est encore que le début et qu’au fur et à mesure que la station sera de plus en plus visible, nous pourrons affronter une opposition, donc nous entrainons nous volontaires pour qu’ils y soient préparés.

 

GaySA Radio première web radio LGBTI d'Afrique
Courtesy of GaySA Radio

 

Vous avez l’habitude de dire à vos lecteurs « ici vous êtes en famille », peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Sous l’Apartheid, quand il est était illégal d’être gay, les individus LGBTI formaient une communauté très unie qui appelaient une « famille ». Lorsque la démocratie est arrivée en Afrique du sud en 1994, que les droits LGBT ont été inscrits dans la Constitution et que le mariage s’est ouvert aux couples homosexuels, cette communauté s’est en quelque sorte dissipée pour se fondre dans la société. Mais récemment, alors que l’homophobie augmente à nouveau, il y a un sentiment général qui voudrait que la communauté de la « famille gay » ressurgisse. En outre, bon nombre de jeunes gays se sont fait virés de chez eux où sont isolés, donc GaySA Radio leur garantit aussi un « toit ».

 

« Porter les questions LGBTI dans la discussion publique »

 

L’Afrique du sud garantit, sur le papier, un environnement plus tolérant à l’égard de l’homosexualité comparé aux pays voisins – premier pays au monde à pénaliser la discrimination homophobe, 5ème à légaliser le « mariage pour tous » et même le premier en Afrique… Qu’en est-il dans le fait ? Qu’elle serait la prochaine étape pour accéder à plus d’égalité ?

Les niveaux de l’homophobie restent très élevés, avec ce qu’on appelle les « viols correctifs » contre les lesbiennes, l’attaque et le meurtre d’homosexuels, et d’autres formes de discriminations toujours répandues dans la société. Quelques églises sont également à l’origine de ces attitudes homophobes. Il faudrait porter les questions LGBTI dans la discussion publique. Le gouvernement dit des choses justes sur ces questions mais ce n’est pas toujours suivi d’actions…

 

Aujourd’hui, quel message aimeriez-vous adressé à nos lecteurs depuis Pretoria ?

Soyeux suffisamment courageux pour aimer ouvertement votre vie, avec liberté et honnêteté. Lorsque de mauvaises choses se produisent, ne restez pas muets, mai parlez haut et fort et si nécessaire obtenez du soutien et du renfort. Vous êtes bien plus forts que vous ne le soupçonnez. Et plus important encore, soyez honnêtes avec vous-mêmes. Vous êtes beaux. Vivez votre vie avec splendeur.

 

Merci Hendrik !

 

GaySA Radio est accessible à ici.

Pour en savoir plus :





Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

 

Crédit photo couverture : courtesy of GaySA Radio

ads