Actualité

"Justice pour Hande Kader" scandé dans les rues d'Istanbul


TÊTU vous informait jeudi dernier de l’assassinat de la militante trans Hande Kader à Istanbul. La nouvelle de sa mort s’est répandue sur les réseaux sociaux.

hande kader justice istanbul

Selon l’AFP, près de 200 personnes se sont rassemblées dimanche 21 août au soir à Istanbul, non loin de la place Taksim, pour réclamer justice après l’assassinat d’Hande Kader. Le sort de la jeune militante trans et travailleuse du sexe, dont le corps a été retrouvé brûlé le 8 août, a ému une partie de la population turque en dépit du silence des grands médias. « Nous lutterons jusqu’à ce que nous trouvions le responsable de l’assassinat d’Hande Kader », ont scandé les manifestants.

#handekader

Une vidéo publiée par Hülya Erarslan (@erarslanhulya) le

Si le rassemblement avait lieu en mémoire d’Hande Kader, le mot d’ordre a été élargi aux exactions commises contre les gays, en référence notamment à Muhammed Wisam Sankari, le jeune Syrien retrouvé décapité à Istanbul, et contre les femmes – le procès des meurtriers d’Özgecan Aslan, une étudiante violée et retrouvée brûlée en 2015, était devenue une affaire nationale.

« Nous réclamons justice pour la perte de ces vies, parce qu’ils/ elles étaient femmes, trans ou gays » proclamaient les affiches. Une militante portait d’ailleurs une robe blanche sur laquelle était inscrite la phrase : « Je veux vivre ».

Bien que le rassemblement n’ait pas été autorisé par les autorités, la police n’est pas intervenue.

hande kader justice istanbul

France 24 a contacté « l’avocat turc et défenseur de la cause LGBTI Levent Piskin » qui explique que « la société turque est dramatiquement conservatrice. C’est un pays dans lequel il est difficile de vivre pour la communauté LGBTI car elle ne s’y sent pas en sécurité et ne jouit d’aucune protection légale ». Pourtant, depuis 2003, une Gay Pride populaire défilait dans les rues d’Istanbul. Cela ne fait que deux ans qu’elle est interdite par le gouvernement. C’est lors de la première interdiction, en juin 2015, que le visage d’Hande Kader avait été immortalisé, tandis qu’elle se révoltait contre les forces de l’ordre.

hande kader istanbul

Pour en savoir plus :






Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Crédit photos Instagram

 

ads